Archives d'Outre-mer : retour sur les visites du général de Gaulle

archives d'outre-mer
DE GAULLE POLYNESIE
Le président Charles de Gaulle participant à des festivités lors de sa visite à Papeete le 10 septembre 1966. ©JEAN-CLAUDE SOULIER / AFP
Charles de Gaulle est à l’honneur en 2020. Cette année, on célèbre à la fois le 130e anniversaire de sa naissance, les 80 ans de l'appel du 18 juin et le 50e anniversaire de sa mort le 9 novembre. A cette occasion les archives d'Outre-mer reviennent sur les visites du général dans ces territoires.

Avant de devenir président, le général de Gaulle connait déjà bien l'Outre-mer. Outre ses contacts avec la résistance dans les territoires ultramarins, il se rend en 1956 en Guyane, Guadeloupe, Martinique, Polynésie et Nouvelle-Calédonie à l'occasion d'un voyage privé.

Bien que souvent autonomistes, les leaders politiques accueillent chaleureusement Charles de Gaulle, le résistant, le rebelle, le libérateur de la nation. Ses visites déclenchent l'enthousiasme. C’est la première fois que Charles de Gaulle se rend dans ces territoires. Il y revient plus tard comme Président de la République.

1960 : visite en Guadeloupe

Le général de Gaulle effectue un séjour en Guadeloupe du 3 au 4 mai au cours duquel il présente des décrets visant à renforcer les pouvoirs de consultation des conseils généraux des départements d’Outre-mer.

Le voyage du général de Gaulle en Guadeloupe s'achève dans l'apothéose. Le chef de l'État se rend place de la Victoire, où du haut d'un podium il prononce sa dernière allocution en présence de plus de vingt mille personnes, déclarant notamment :

Mes chers compatriotes de la Guadeloupe, mes chers compatriotes de Basse-Terre, sachez le, le général de Gaulle a aujourd'hui dans les destinées de nôtre pays une confiance plus ferme, plus raisonnée qu'il ne l'a jamais eu et le récent voyage que j'ai fait dans l’Amérique du Nord m'a apporté une foule de témoignages de l'amitié, du respect que les peuples ont pour le notre, sachons lever la tête, nous le méritons, et il le faut pour nous et pour les autres. Vive Basse-Terre, vive la Guadeloupe, vive la république, vive la France !

Général De Gaulle


Acclamé par la foule, il entonne avec elle la Marseillaise .

Regardez ce reportage ORTF extrait des archives de l'INA datant de juillet 1967 : 

 

1964 - visite en Guyane

Fin mars 1964, le général de Gaulle, qui revient du Mexique, entame une tournée aux Antilles.

C'est dans une chaleur d'étuve qu'arrive le général de Gaulle à l'aéroport de Rochambeau le 21 mars. Il est accueilli par le maire de Cayenne, Roland Barrat et par le préfet de Guyane René Letellier. Sur la place des palmistes, une foule immense est venue écouter le président. Les Guyanais présents agitent des drapeaux français, ils attendent le discours du général. Le moment tant attendu arrive enfin. 

Tout le monde sait et moi croyez le bien le premier, combien difficile dans ce département est le développement, en raison d'abord de la nature qui oppose beaucoup d'obstacles, en raison aussi de la disproportion qui existe entre tout ce qu'il y a à faire et le nombre de ceux qui sont là pour l'accomplir, en raison enfin du très long temps durant lequel la France après avoir beaucoup espéré de la Guyane s'en était, il faut le reconnaître, non pas désintéressée, mais quelque peu détachée. Cette période est terminée. Nous avons a réaliser, vous sur place et la France avec vous une grande oeuvre française en Guyane (...)  nous avons commencé et nous continuerons. 

Général de Gaulle


Le général de Gaulle et son épouse se rendent ensuite chez le préfet de Guyane René Letellier où ils font la connaissance de leurs deux jumelles. Le général de Gaulle retourne place des palmistes se recueillir devant la statue de son ami et résistant Félix Éboué. Il part ensuite à la rencontre de la population pour un chaleureux bain de foule.

Regardez ce reportage ORTF extrait des archives de l'INA datant du 28 mars 1964 :  


1967 : visite de Saint-Pierre et Miquelon et au Québec

En 1967, le général de Gaulle est le premier président français à se rendre dans l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon. Une visite couplée avec celle du Québec. Il recoit comme à Saint-Pierre, un accueil triomphal, il est ovationné comme un héros.
 
A l’époque, l’archipel compte environ 5.000 habitants. Pas moins de 3.000 personnes se déplacent pour acclamer le général avant que ce dernier ne poursuive sa route au Québec.

Regardez ce reportage ORTF extrait des archives de l'INA datant de juillet 1967 : 


1966 : Visite en Polynésie

En septembre 1966, le général Charles de Gaulle effectue une visite officielle en Polynésie française. Bain de foule et applaudissements, défilé de la Légion étrangère et de scouts, accueil des autorités locales et chants en tahitien… Mais l’objet principal du déplacement est le Centre d’expérimentation nucléaire de Mururoa, d’où le général assistera en personne à un essai.
 

La Polynésie a bien voulu être le siège de cette grande organisation destinée à donner à la puissance française le caractère de la dissuasion qui peut, qui doit, à tous, dans un monde dangereux, nous assurer la paix . Il y a d’ailleurs, si j’ose dire, des compensations : le développement qui accompagne cette organisation du Centre est éclatant. Ce qui doit suivre ne le sera pas moins

Général de Gaulle, discours à Papeete


Regardez ce reportage ORTF extrait des archives de l'INA datant de septembre 1966 :   

1966 : Visite en Nouvelle-Calédonie

Le général de Gaulle est en Nouvelle-Calédonie en septembre 1966 et lance lors d'un discours :
 

Vous êtes un morceau de la France, vous êtes la France australe. Et vous devez dans la paix, comme vous l'avez fait dans la guerre, être un exemple d'effort, de fraternité et de progrès.

Général De Gaulle


Regardez ce reportage ORTF extrait des archives de l'INA datant de 1966 :  
Les Outre-mer en continu
Accéder au live