outre-mer
territoire

Archives d'Outre-mer : il y a 10 ans, un séisme meurtrier en Haïti

archives d'outre-mer
PORT AU PRINCE, HAÏTI
Port au Prince : homme devant palais présidentiel détruit 14/01/2010 ©AFP PHOTO/THONY BELIZAIRE
Le 12 janvier 2010, un violent séisme frappait Haïti, faisant environ 300 000 morts. Les archives d'Outre-mer reviennent sur cette terrible catastrophe qui a marqué a jamais le pays.
Le 12 janvier 2010, à 16h53 (heure locale), un séisme de magnitude 7,3 frappe Haïti. Il est suivi d'une douzaine de secousses secondaires. Le pays bascule dans l’horreur, c’est la stupeur, la panique et la désolation. Des milliers de personnes errent dans les rues de Port-au-Prince. Le tremblement de terre d'une puissance exceptionnelle a pris les habitants de la capitale haïtienne par surprise.
 

300 000 morts

Le séisme a duré moins d'une minute, le temps de tout détruire. La plupart des bâtiments officiels sont touchés : le palais présidentiel s’effondre comme un château de carte, la cathédrale s’écroule avec des fidèles à l'intérieur, le bâtiment de la Minustah (mission des nations unies pour la stabilisation en Haïti) est détruit ainsi que l’université de Port-au-Prince.

Des failles apparaissent dans le sol, le chaos s’installe. Des milliers de personnes sont écrasées sous leur maison, prisonnières de blocs de ciment et d’acier. Le bilan humain approche 300 000 morts, 300 000 blessés. La capitale Port-au-Prince est un champ de ruines : environ un million de personnes se retrouvent sans abris.
Ruine Haiti
©AFP

Après les ouragans de 2008 qui avaient fait des milliers de morts, les Haïtiens ont le sentiment que le sort s'acharne sur leur pays qui est déjà l’un des plus pauvres au monde. L’ampleur du drame est liée au manque de prévention, en particulier l'absence de normes antisismiques dans la construction. Émue, la communauté internationale se mobilise, les secours d'urgence arrivent en masse. Les donateurs promettent aussi d’aider à rebâtir le pays.

Regardez ce reportage de France 2 diffusé au lendemain du séisme meurtrier le 13 janvier 2010 de Loïc de La Mornais :  
©la1ere
 

En Martinique, les familles s'inquiètent

À l'annonce de la catastrophe, toute les familles d'origine haïtienne s'interrogent sur le sort de leurs proches. L'angoisse monte. Entre 8 000 et 10 000 sont installés en Martinique. Certains se rassemblent au siège de l'association haïtienne de Fort-de-France. Tous veulent en savoir plus. Seules des photos de la catastrophes sont alors disponibles sur internet. Aucune liaison téléphonique n'est encore possible. 

Regardez ce reportage de RFO Martinique de Nathalie William diffusé le 13 janvier 2010 : 
©la1ere
 

Des pompiers martiniquais apportent leur aide

Une semaine après le séisme qui a rayé de la carte la capitale et ses environs, une équipe de pompiers martiniquais parvient à sauver quatre personnes. Parmi elles, une femme ensevelie sous les décombres de sa maison. Pour les sauveteurs martiniquais, c'est une petite satisfaction dans un océan de douleur.

Regardez ce reportage de Michel Gendre pour RFO Martinique diffusé le 18 janvier 2010 :   
©la1ere
 

Mobilisation de l'aide internationale

L'organisation Handicap International en Haïti est confrontée à l'immensité du nombre de blessés et évalue désormais le nombre de personnes amputées à plus de 2 000. L'association engage alors un plan d'action sur plusieurs années pour apporter une réponse d'envergure à la catastrophe et venir en aide aux blessés.

Regardez ce reportage de Véronique Urtizberea et Nordine Bensmail, envoyés spéciaux en Haïti quelques semaines après le tremblement de terre :  
©la1ere
 
Pour aller plus loin, écoutez le numéro spécial d'Interception "Entre ruines et violence, Haïti aspire à la démocratie" sur France Inter consacré à la difficile reconstruction d'Haïti.
 

►Le récit d'Outre-mer la 1ère à voir ci-dessous : 

Publicité