publicité

Archives d'Outre-mer : il y a 30 ans disparaissaient Jean-Marie Tjibaou et Yeiwene Yeiwene

Le 4 mai 1989, en Nouvelle-Calédonie, Jean-Marie Tjibaou et Yeiwene Yeiwene disparaissaient. Les deux leaders indépendantistes kanaks étaient assassinés durant la cérémonie de levée de deuil des 19 militants tués un an auparavant dans la grotte d'Ouvéa.

Le président du Front de libération nationale kanak socialiste (FLNKS) Jean-Marie Tjibaou (D) et son secrétaire général Yeiwéné Yeiwéné donnent une conférence de presse le 12 novembre 1988 à Nouméa, lors du 19e congrés de l'Union calédonienne. Les deux hommes ont été abattus le 05 mai 1989 par un membre de la tribu de Gossanah, Djubelly Wea, qui leur reprochait la signature des accords de Matignon. © AFP
© AFP Le président du Front de libération nationale kanak socialiste (FLNKS) Jean-Marie Tjibaou (D) et son secrétaire général Yeiwéné Yeiwéné donnent une conférence de presse le 12 novembre 1988 à Nouméa, lors du 19e congrés de l'Union calédonienne. Les deux hommes ont été abattus le 05 mai 1989 par un membre de la tribu de Gossanah, Djubelly Wea, qui leur reprochait la signature des accords de Matignon.
  • La1ère.fr
  • Publié le
Le 4 mai 1989, durant la cérémonie de levée de deuil, Ouvéa est à nouveau touchée en pleine cœur. Meurtrie par une nouvelle tragédie. Le deuil des 19 militants kanaks tué un an plus tôt dans la grotte d'Ouvéa, va être levé lorsque Jean-Marie Tjibaou et Yeiwene Yeiwene s'effondre dans la tribu de Wadrilla.

Regardez leur portrait :
Portraits de Tjibaou et Yeiwene
 

Une nouvelle tragédie pour Ouvéa

C'est là, au centre de l'île d'Ouvéa, qu'a lieu la cérémonie de levée de deuil. Là même où les habitants ont érigé un monument en l'honneur des dix-neuf "enfants de l'île" tués le 4 mai 1988 lors de l'assaut de la grotte de Gossannah.

Les trois leaders du FLNKS, Jean-Marie Tjibaou, Yeiwene Yeiwene et Léopold Jorrédié assistent à la cérémonie. Les discours s'enchaînent, les coutumes de levée de deuil aussi. Soudain, un homme sort une arme. Djubelly Wea, de la tribu de Gossanah, membre du FUKLK, un mouvement indépendantiste en rupture avec le FLNKS tire en direction de Jean-Marie Tjibaou et Yeiwene Yeiwene. Selon la version officielle, Djubelly Wea n'aurait jamais accepté la signature, le 26 juin 1988, des Accords de Matignon qui devaient rétablir la paix en Nouvelle-Calédonie.
 

Les obsèques

Les obsèques du leader charismatique du FLNKS et de son numéro deux se dérouleront en présence du premier ministre, Michel Rocard, qui déclare : "un criminel n'arrête pas le cour de la paix qui se construit".

Regardez le reportage sur les obsèques et l'enterrement de Jean-Marie Tjibaou :
Les obsèques de Tjibaou et Yeiwene
L'enterrement de Tjibaou

Regardez le discours de Michel Rocard :
Discours de Michel Rocard

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play