publicité

Pour l’association musulmane antillaise, « Il faut éviter les amalgames »

Pointée du doigt depuis l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris l’AMA, l’Association Musulmane Antillaise, assure ne pas connaître le Martiniquais Michael Harpon, auteur de la tuerie, le 3 octobre dernier.
 

© Manuel Cohen / AFP
© Manuel Cohen / AFP
  • Par Karine Zabulon
  • Publié le , mis à jour le

Le tueur des quatre fonctionnaires à la préfecture de police Michael Harpon était Martiniquais converti à l’islam. « L’amalgame est vite fait » reconnaît J., Guadeloupéen, qui veut préserver son anonymat. Il est un des responsables de l'AMA, l'association musulmane des antillais qui regroupe notamment des Martiniquais et des Guadeloupéens. « Mais nous sommes rôdés : à chaque fois qu’il y a un attentat les musulmans sont pointés du doigt. Mais ce n’est pas ça l’islam. Nous on ne cautionne pas ce qu’il a fait ». Pour l’instant, J. explique à La1ere.fr qu'il ne ressent pas les répercussions de cette tuerie sur son quotidien.

Une communauté choquée

Ce drame a résonné comme un coup de tonnerre, pour un grand nombre de musulmans installé dans le Val-d’Oise. « La communauté est choquée », confie J. « Nous on ne le connait pas…On ne comprend pas ce qui a pu se passer. Apparemment il aurait pété les plombs du fait de son handicap ». Une tentative de justification mise en avant  par un ex-candidat aux élections européennes, et militant associatif, Hadama Traoré. Il a appelé à un rassemblement, jeudi,  à Gonesse pour « rétablir la vérité » sur Michaël Harpon. Cette manifestation a finalement été interdite mercredi à la demande du ministère de l’intérieur.  
 
 

Des moments fédérateurs

L’Association Musulmane Antillaise, créée en 2013 à Garges-Lès-Gonesse dans le Val-d’Oise, n’a pas pignon sur rue. « C’est juste une adresse donnée pour le siège » explique J. « Notre association ne compte pas vraiment d"adhérents fixes. Les gens n’ont pas d’argent pour cotiser. Mais nous nous réunissons autour de repas lors de fêtes religieuses. Chacun apporte quelque chose ». Selon J., entre 20 et 100 personnes participent à ces moments festifs.

Le but de l’association est de mettre en place un lien « social et solidaire » avec les originaires des Antilles ou d’autres îles, convertis à l’islam. « Notre porte n’a jamais été fermée à ceux qui veulent venir. Nous accueillons lors de nos repas, aussi bien des gens venus de Martinique, de Guadeloupe, mais aussi de Guyane, Haïti, et de La Réunion ». La tradition culinaire antillaise est respectée tout comme celle de l’islam. Le colombo se mange sans porc mais avec du poisson ou du poulet, et des accras sont aussi proposés.
 

Michael Harpon, inconnu de l'AMA

J. l’assure, lors des différentes actions, il n’a jamais vu l’auteur de la tuerie de la préfecture de Police Michael Harpon, dont le domicile est à environ 5 kilomètres du siège de l’association. « A chaque fois que nous avons fait des repas, il n’est jamais venu. Il aurait pu, car ce sont des moments ouverts à tous. Je ne le connais pas, et je ne l’ai jamais vu ».
 
Michaël Harpon, a tué vendredi dernier 4 fonctionnaires au sein de la préfecture de Paris. Porteur d’un handicap, l’informaticien travaillait dans un service très sensible, celui du renseignement. Âgé de 45 ans, il s’était converti à l’islam depuis une dizaine d’années. 

  
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play