"Aujourd’hui les dossiers ultramarins ne vont pas pouvoir être portés en toute autonomie par un ministre", selon Martial Foucault, titulaire de la Chaire Outre-mer à Sciences Po

politique
Martial Foucault, directeur du CEVIPOF et titulaire de la Chaire Outre-mer de Sciences Po
Martial Foucault, directeur du CEVIPOF et titulaire de la Chaire Outre-mer de Sciences Po. ©DR
Si la suppression d’un ministère de plein exercice pour les Outre-mer provoque de vives réactions, ce n’est cependant pas la première fois que cela se produit. Interview de Martial Foucault, professeur d'économie politique et titulaire de la Chaire Outre-mer à Sciences Po Paris.

Déjà, en 1974, un secrétaire d’Etat avait été rattaché auprès du ministère de l’Intérieur. Et cela ne s’était pas reproduit depuis la présidence de Nicolas Sarkozy. Dans le nouveau gouvernement, ils seront deux pour s'occuper des dossiers ultramarins, une force selon le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Bien qu’ils soient nombreux à souligner les qualités humaines de Jean François Carenco, ministre délégué chargé des Outre-mer, la nouvelle configuration ministérielle ne fait pas l’unanimité auprès des élus ultramarins et de certains observateurs. 

Gérald Darmanin et Martial Foucault

Selon le politologue Martial Foucault, professeur d'économie politique, directeur du CEVIPOF (Centre de recherches politiques) et titulaire de la Chaire Outre-mer à Sciences Po Paris, le portefeuille des Outre-mer aurait pu être rattaché à différents ministères, plus à même de répondre aux problématiques spécifiques des territoires.

"Pour moi la vraie incompréhension, et elle est historique, c’est pourquoi continuons-nous à rattacher le ministère des Outre-mer au ministère de l’Intérieur ?" s’interroge Martial Foulcault. "Les Outre-mer aujourd’hui sont-ils un problème de sécurité publique ? Je crois que la réponse est non. Si l’on considère que la voix des Outre-mer ne serait portée que par le ministère de l’Intérieur, c’est extrêmement gênant. Au fond, c’est plutôt un sujet de Matignon, parce que ça touche tous les champs, les institutions, les politiques publiques, et aussi bien sûr la question géopolitique."

Gérald Darmanin et Jean-François Carenco sont attendus dans les Outre-mer durant l'été. Une tournée pour rassurer… Premières étapes, La Réunion à la fin de la semaine puis la Nouvelle-Calédonie le 26 juillet.

Ce mercredi soir, la Chaire Outre-mer de Sciences Po Paris fêtera son premier anniversaire autour notamment de Martial Foucault, titulaire de la Chaire, Hervé Mariton, ancien député et ancien ministre, président de la Fédération des Entreprises d'Outre-mer (FEDOM), Mikaa Mered, secrétaire général de la Chaire Outre-mer, Abdoullah Lala, président du comité "Outre-mer et Corse" de l'Ordre National des Experts-Comptables, Marie-Christine Ponamalé, présidente d’Outremers 360, et des représentants de Sciences O, l'association des étudiants ultramarins de Sciences Po.

Le tout en présence du nouveau ministre délégué aux Outre-mer Jean-François Carenco qui fera le discours de clôture. Le thème de l’événement s’intitule "Les Outre-mer dans l’après 2022 : désalignements, relance, perspectives et autonomie…" Tout un programme.