publicité

Aux Comores, la Cour suprême valide la réélection contestée d'Azali Assoumani

L'élection contestée d'Azali Assoumani, président sortant des Comores, a été validée mardi par la Cour suprême du pays. L'opposition, elle, exige toujours la tenue d'un nouveau scrutin.

  • La1ère.fr (avec AFP)
  • Publié le , mis à jour le
La Cour suprême comorienne a validé mardi la réélection du chef de l'Etat sortant Azali Assoumani lors du premier tour de l'élection présidentielle disputée le 24 mars, rejetée d'emblée par l'opposition qui a dénoncé des fraudes massives.
    
Les résultats définitifs approuvés par la Cour ont crédité M. Azali, au pouvoir depuis 2016, de 59,09% des suffrages, loin devant le candidat du parti Juwa, l'avocat Mahamoudou Ahamada (15,72%), et Mouigni Baraka Said Soilihi (5,53%).
    
"Ayant obtenu la majorité absolue, Azali Assoumani est proclamé président de la République", a déclaré le président de la Cour suprême, Harmia Ahmed.


"Hold up électoral"    

Les douze rivaux du chef de l'Etat sortant au premier tour refusent de reconnaître sa victoire et hurlent au "hold-up" électoral. Les ONG comoriennes et de nombreux observateurs étrangers, notamment ceux de l'Union africaine (UA), ont largement confirmé ces irrégularités.
    
Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a de son côté déclaré dans un communiqué "prendre note de l'annonce faite par la Cour suprême" mais a "exhorté les autorités comoriennes et les autres acteurs nationaux à s'abstenir de toute action susceptible d'alimenter les tensions actuelles".


Un opposant arrêté    

Arrivé quatrième du scrutin, le colonel Soilihi Mohamed, dit "Campagnard", a été arrêté jeudi dernier après avoir annoncé avoir pris la tête d'un "comité national de transition" (CNT) destiné à "régler la crise post-électorale" et "assurer une transition pacifique".
    
L'ancien chef d'état-major de l'armée est accusé d'avoir voulu "mettre en place un gouvernement parallèle", selon une source gouvernementale. Selon son entourage, M. Soilihi était toujours en garde à vue mardi dans les locaux de la gendarmerie de la capitale Moroni.


Pas de recours de l'opposition    

L'opposition n'a déposé aucun recours devant la Cour suprême, qu'elle juge inféodée au régime, et exige la tenue d'un nouveau scrutin "dans les plus brefs délais".
    
"Ces résultats n'engagent que leurs auteurs", a réagi auprès de l'AFP M. Ahamada après l'audience de la Cour. "En tout cas, ils ne reflètent pas la volonté du peuple comorien".


"Satisfaction" du camp du président    

"C'est un sentiment de satisfaction, nos prévisions sont confirmées", s'est réjoui à l'inverse le directeur de campagne du président, Ali Houmed Msaidié. Il s'est dit prêt à dialoguer avec l'opposition pour sortir de la crise politique en cours. "Si l'opposition le demande, nous sommes disponibles", a-t-il dit à la presse, "mais pas le CNT, c'est une organisation criminelle".
    
Depuis des mois, l'opposition dénonce la "dictature" de M. Azali. Il a notamment dissous la Cour constitutionnelle, remplacée par la Cour suprême, modifié la Constitution dans un sens qui pourrait lui permettre de rester au pouvoir jusqu'en 2029 et ordonné l'arrestation de dizaines d'opposants. Le chef de l'Etat sera investi dans son nouveau mandat le 26 mai.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play