Bolsonaro n'est pas porteur du coronavirus

coronavirus
Jair Bolsonaro
Jair Bolsonaro ©Felipe Beltrame / NurPhoto
Le président brésilien Jair Bolsonaro a annoncé vendredi sur son compte Facebook ne pas être porteur du coronavirus, assortissant cette information d'une photo sur laquelle il fait un bras d'honneur.
M. Bolsonaro avait été testé au retour d'une visite aux Etats-Unis où il a rencontré la semaine dernière son homologue américain Donald Trump avec sa délégation dont l'un des membres, le chef du service de presse, a été testé positif au virus jeudi.

M. Bolsonaro a ensuite publié un autre post : "NE CROYEZ PAS LES MEDIAS DES FAUSSES INFORMATIONS", des médias qu'il déteste autant que le président Trump, son modèle, et auxquels est manifestement adressé son bras d'honneur.

L'un de ses fils, le député Eduardo Bolsonaro, avait peu auparavant démenti des rumeurs et assuré sur Twitter que les résultats des tests de Jair Bolsonaro n'étaient pas encore connus."Trop de mensonges et peu d'information", avait tweeté Eduardo Bolsonaro. "Les tests au coronavirus effectués sur l'équipe qui était avec JB aux Etats-Unis ne sont pas encore terminés".

"Il y a toujours des gens qui racontent des mensonges dans les médias et si l'histoire est confirmée, ils diront 'je te l'avais dit', sinon ce sera une fausse information de plus", poursuit le député dans un post en anglais et en portugais.

Le quotidien populaire de Rio O Dia avait annoncé peu avant que le président - qui a lui-même déclaré la veille au soir dans une vidéo dans laquelle il portait un masque de protection qu'il saurait "dans les prochaines heures" s'il était positif - l'était effectivement, d'après un premier test.

Ce quotidien affirmait, citant des sources non identifiées au Palais présidentiel, qu'un deuxième test devait être réalisé "vendredi pour savoir s'il a été contaminé".

Le Brésil, un immense pays de 210 millions d'habitants, n'a enregistré que 77 contaminations et aucun décès à ce jour dus au nouveau coronavirus, qui frappe bien davantage les Etats-Unis, où une quarantaine de personnes sont mortes et 1.700 sont infectées. Jair Bolsonaro a récemment jugé que la gravité du coronavirus avait été "surestimée".
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live