Calais : un policier réunionnais blessé lors d'affrontements avec des migrants

faits divers
Police
©Ilan Deutsch / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Quatre policiers, dont un capitaine originaire de La Réunion, ont été blessés lundi 30 juillet, lors d'affrontements avec des migrants à Calais. Le syndicat Unsa-Police dénonce un "véritable guet-apens".
Un policier originaire de La Réunion a été blessé, lundi 30 juillet, lors d'affrontements avec des migrants à Calais. Selon les informations de La1ère, ce capitaine de la CRS 40 a été frappé violemment par un migrant armé d'une énorme pierre. Il a perdu connaissance et a été transporté par le SAMU au centre hospitalier. "On lui a diagnostiqué une commotion cérébrale et cinq points de suture ont été nécessaire", explique le syndicat Unsa-police qui dénonce ces violences. Trois autres policiers ont également été touchés lors de ces affrontements.
 

Jets de projectiles

Lundi 30 juillet, vers 14H50, des CRS sont intervenus dans la zone industrielle Marcel Doret, non loin de la rocade menant au port de Calais, en raison "d'une intrusion de migrants dans une entreprise", d'après la préfecture du Pas-de-Calais.

"Les CRS ont fait l'objet de jets de projectiles provenant d'un groupe de migrants fortement alcoolisés et quatre CRS ont été blessés. L'un d'eux, blessé à la tête, a été emmené conscient au centre hospitalier de Calais pour un bilan", a précisé la préfecture.
 

Un "véritable guet-apens"

Dans une lettre adressée au préfet du Pas-de-Calais, le syndicat Unsa-police a dénoncé ces violences. "Le mode opératoire est toujours le même. Au début les CRS interviennent sur réquisition pour faire cesser les infractions d'un petit groupe de migrants. Puis très rapidement une centaine de migrants sortent du bois jouxtant la zone industrielle et encerclent les collègues qui doivent faire usage des armes pour repousser les assauts violents des agresseurs".

Le syndicat réclame la présence d'une demi-compagnie supplémentaire pour assurer la sécurité du site. D'après le dernier décompte des autorités, entre 350 et 420 migrants (entre 400 et 800 selon les associations) se trouvent à Calais, port d'Europe continentale le plus proche de l'Angleterre, pays qu'ils souhaitent rejoindre.