publicité

Le Centre spatial guyanais va renforcer ses mesures de protection de la population

La trajectoire anormale de la fusée Ariane 5 qui s'est rapprochée de la ville de Kourou fin janvier n'a jamais mis "en danger" les populations mais le Centre spatial guyanais (CSG) va encore "renforcer ce qu'il fait en matière de sauvegarde", a indiqué mercredi le CNES, l'agence spatiale française.

Photo de la salle Jupiter, au centre opérationnel du Centre spatial guyanais, en mars 2007 à Kourou. © JODY AMIET/AFP
© JODY AMIET/AFP Photo de la salle Jupiter, au centre opérationnel du Centre spatial guyanais, en mars 2007 à Kourou.
  • La1ere.fr (avec AFP)
  • Publié le , mis à jour le
"On n'a jamais été mis dans une situation de danger. Mais on va encore renforcer ce que nous faisons en matière de sauvegarde", a déclaré le président du CNES Jean-Yves Le Gall, devant l'Association des journalistes économiques et financiers (AJEF). "C'est pour cela que j'ai décidé de demander des vérifications complémentaires au CSG pour le prochain lancement Soyouz", qui a été décalé de ce fait de trois jours.

Tir problématique

Prévu mardi, le tir d'une fusée Soyouz a été reporté à vendredi. "On refait des calculs pour s'assurer que dans tous les cas, il y a jamais de mise en danger des populations et qu'on est totalement conforme à la doctrine de sauvegarde", a dit Jean-Yves Le Gall. Ces dispositions ont été prises après le tir problématique d'une Ariane 5 le 25 janvier. Lancée sur une mauvaise trajectoire, la fusée européenne n'avait pas mis sur la bonne orbite deux satellites.

Problème de paramétrage

Au lieu de décoller plein est vers l'Equateur, la fusée avait décollé avec un angle de 20 degrés plus au sud, se rapprochant de la ville de Kourou. "La fusée s'est rapprochée mais on est toujours resté dans les limites de sécurité", a assuré M. Le Gall. Il n'y a pas eu de survol.

Une Commission d'enquête indépendante, présidée par un inspecteur général de l'Agence spatiale européenne (ESA), a établi fin février que cette trajectoire anormale était due à un problème de paramétrage qui n'avait pas été détecté par les contrôles qualité. Des mesures correctives ont été mises en place par le constructeur ArianeGroup (coentreprise entre Airbus et Safran) et sa filiale Arianespace. 1 520 502 732

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play