Choqués par l’incident raciste lors du match PSG-Basaksehir, les Ultramarins réagissent

racisme
PSG-Basaksehir
©FRANCK FIFE / AFP

Les réactions des politiques et sportifs ultramarins sont nombreuses au lendemain du match qui opposait le PSG à l’Istanbul Basaksehir. La rencontre a été interrompue suite aux accusations de racisme à l’encontre d’un arbitre.

Mardi 8 décembre, footballeurs turcs et français, ont quitté la pelouse comme un seul homme, au bout de 14 minutes de jeu seulement, après qu’un arbitre a été accusé de racisme. 

Pour parler de Pierre Achille Webo, adjoint du coach de Basaksehir, l’arbitre le désigne par sa couleur de peau et la phrase résonne dans le stade qui abrite le match à huis clos. Rapidement les esprits s'échauffent : “Pourquoi il a dit “negro” ?”, réagit vivement Pierre Achille Webo. 
 


"Respect", "Exemplaire"

La formation turque et les Parisiens reprochent au quatrième arbitre l’utilisation d’un terme raciste. Demba Ba, l’attaquant remplaçant du Basaksehir s’adresse à l’arbitre par ces mots : “quand vous parlez d’un homme blanc, vous dites “cet homme”, “pas cet homme blanc”. Pourquoi le fait vous avec un homme noir ?”.

Le natif de la région parisienne Demba Ba, a alors incité ses partenaires à regagner les vestiaires. Choquée et en signe de protestation, l’équipe turque refuse de reprendre le match et quitte le terrain, suivie de près par les joueurs du PSG.

Un mouvement solidaire salué sur les réseaux sociaux où les hashtags “no to racism” se multiplient. “Le racisme n’a sa place nulle part. Restons unis”, a ainsi réagi Wendie Renard qui salue une “décision courageuse” de la part des joueurs. “Respect”, déclare quant à lui le Guyanais Jean-Clair Tidibo.
 

 

 

Un incident qui n’est pas sans rappeler la réaction de Samuel Eto’o, joueur camerounais alors en poste au FC Barcelone, en 2006. Victime d’insultes racistes de la part du public, il avait voulu quitter le terrain. Sur Twitter, le joueur d’origine guadeloupéenne du PSG, Layvin Kurzawa, s’en souvient et partage son témoignage, tiré du documentaire “Je ne suis pas un singe” (2019) sur le racisme dans le monde du football, réalisé par le Guadeloupéen Olivier Dacourt. 
 


Je suis très content de ce qu’a fait l’ensemble des joueurs (...) C’est très bien que ça arrive pour la communauté noire”, réagit le Martiniquais Mathias Coureur, meilleur buteur français d'Europe. 

 

 

 

Je n’oserai pas dire que l’arbitre est raciste. Mais il a tenu des propos qui peuvent heurter.
-Mathias Coureur

 

Ecoutez sa réaction au micro d’Alain ROSALIE :


Côté politique, l’indignation est également présente. Audrey Pulvar, adjointe martiniquaise à la mairie de Paris, dénonce ainsi des “propos inacceptables”.

 

 


Non monsieur l’arbitre !  “Negro ?” Il faut cesser cette propension à l’outrage raciste et homophobe dans le sport”, s’indigne de son côté la sénatrice de la Martinique Catherine Conconne sur les résaux, saluant la réaction des joueurs qu’elle qualifie de “moment historique”.


Le match opposant le PSG à Istanbul Basaksehir reprendra ce mercredi soir, à 18h55.