Christophe Léonard : "Je savais que je voulais entraîner, mais je ne savais pas que ça serait aussi tôt"

basket-ball
Christophe Léonard
Christophe Léonard à l'INSEP pour un entraînement de l'équipe de France féminine de basket ©Inès Apetovi
L’ex-basketteur professionnel martiniquais se retrouve à nouveau sous les projecteurs en tant qu’assistant vidéo de l’équipe de France féminine de basket. Après une carrière gâchée par des blessures successives, Christophe Léonard se réinvente en coach pour de jeunes espoirs du basket.

À 31 ans, Christophe Léonard se fixe un nouveau cap. Il est désormais assistant vidéo de l’équipe de France féminine de basket, un rôle qui lui tient à cœur. "C’est une tâche très importante qui représente une grosse charge de travail. Il faut analyser, découper les matchs pendant des heures et des heures pour préparer un montage vidéo qui aidera les joueuses à affronter leurs adversaires", explique l’ancien joueur professionnel. Avec ce poste, il souhaite mener les joueuses françaises vers la victoire de l'Euro 2023. L'équipe de France féminine est déjà médaillée de bronze olympique.

Le passionné de basket, ancien joueur de haut niveau, ne s’est pas laissé abattre par les multiples blessures qui lui ont coûté sa carrière. Il y a 5 ans, Christophe Léonard entame sa reconversion alors qu’il foule encore le parquet : "Je jouais au club de Poitiers lorsque j’ai décidé de reprendre mes études pour faire un DUGOS (diplôme universitaire de gestion des organisations sportives, ndlr). Après, j’ai basculé sur une formation d’entraîneur."

Sur tous les terrains

En plus de son rôle d’assistant vidéo auprès des basketteuses françaises, Christophe Léonard entraîne une équipe de jeunes âgés de 13 et 15 ans, au pôle espoir de Châtenay-Malabry. "Ce sont des jeunes que l’on prépare pour les meilleurs centres de formation, ou pour rentrer à l’INSEP à partir de 15 ans", précise le coach, lui-même formé au sein de l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance à Vincennes.

L’ancien basketteur né en Martinique et qui a vécu en Guyane a toujours rêvé d’entraîner, mais il ignorait que ça serait aussi tôt dans sa carrière de sportif. Son objectif ? Amener son équipe de jeunes espoirs le plus loin possible pour rattraper ses actes manqués.

J’avais beaucoup d’ambition, des rêves de NBA, d’équipe de France senior… Toutes ces choses que je n’ai pas pu faire, j’espère y arriver en tant qu’entraîneur.

Christophe Léonard, ancien basketteur professionnel

 

 

« Je voulais faire du basket comme Michael Jordan »

Christophe Léonard pourrait encore jouer, si son corps le lui permettait. Très jeune, l’ancien basketteur professionnel a souffert de nombreuses blessures qui lui ont volées sa carrière et ses rêves. "À 21 ans, j’ai commencé à avoir des douleurs aux cartilages et j’ai eu ma première opération à 22 ans", révèle-t-il encore douloureusement.

Le jeune prodige passe son enfance en Guyane avec une mère fan de Michael Jordan. "À 6 ou 7 ans, je regardais les matchs de Michael Jordan avec ma mère et je lui disais que moi aussi je voudrais faire du basket comme lui", raconte le trentenaire.

À seulement 16 ans, il rencontre la star américaine de basket. "Ce n’était pas prévu de base, mais c’est l’un de mes plus beaux souvenirs si ce n’est le plus beau de ma vie", se rappelle l’actuel assistant vidéo des bleues. Christophe Léonard a pu jouer devant Michael Jordan et participer au championnat "Jordan Classic" où il a été élu meilleur joueur de basket. "Cette opportunité m’a permis d’aller aux États-Unis, ce qui me laisse des souvenirs incroyables."

Cette ascension sportive a été de courte durée pour le passionné de basket. Christophe Léonard a pu jouer jusqu’à ses 28 ans. "Je savais que je n’allais pas aller jusqu’à 35 ans. J’ai lutté en faisant de la préparation physique, de la kiné et je suis même allé dans des centres de rééducation pour tenir. J’ai eu le temps de faire dix années en tant que basketteur pro, ce qui reste une belle performance."