CINEMA. Boucan, un film d'Alan Nogues

cinéma

Cette fiction nous laisse imaginer ce qu’était la vie au plus profond de la brousse calédonienne du XIXe siècle. Le film soulève pourtant des problématiques qui demeurent contemporaines : le racisme, l’incompréhension entre deux civilisations, la violence, les superstitions…

Nouvelle-Calédonie fin du 19ème siècle, le gouverneur Feillet annonce qu’il veut "fermer le robinet d’eau sale" de la pénitentiaire et développer la culture du café en Nouvelle-Calédonie. Vincent et sa famille s’installent dans la région de La Foa-Canala pour mettre à profit la terre que leur a confiée l’administration. Mais en dépit de l’expansion coloniale, les tabous ancestraux demeurent. Des indigènes viennent les mettre en garde contre l'aspect "maléfique" d'une partie de leur propriété.

Boucan extrait
Simon Saumier et Fanny Torre interprètent une scène du film Boucan ©Emotion capturée / NC la 1ère

Une légende kanak

Alan Nogues, le réalisateur s'est inspirée d'une histoire racontée dans la région de Canala : un colon planteur de café aurait été prévenu par deux Kanak alors qu'il défrichait une parcelle, que celle-ci était une zone taboue. Il ne fallait pas y toucher. Mais le planteur ne tint pas compte du conseil.

Un conte qui nous expose deux visions du foncier en Calédonie. L’une économique, où la terre est perçue comme un outil de production à la rentabilité quantifiable, délimitée par des frontières physiques arbitraires, et l’autre au contraire où la terre est considérée comme un outil de communication avec l’invisible et où la notion de frontière n’obéit pas du tout aux même codes. Le film part en tout cas de cette dualité, mais c’est évidemment une trame de fond.

Alan Nogues, réalisateur 

 

Un titre évocateur

Le Boucan c’est un concept un peu fourre tout pour parler de magie noire en Calédonie et dans certains autres pays. Boucan évoque le mauvais oeil, la sorcellerie. Se faire emboucanner, c’est s’attirer la malveillance d’une personne proche des arts occultes, qui aurait le pouvoir de faire du mal à distance.

Boucan photo illustr
Une scène du film calédonien Boucan ©Emotion capturée / NC la 1ère

Film de fiction historique calédonien réalisé par Alan Nogues

Production Emotion Capturée et Nouvelle-Calédonie la 1ère 

Durée 70 min. VF.

Avec Vincent Kerriguy, Fanny Torre, Simon Saumier

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live