outre-mer
territoire

Comité des signataires post-référendum : sur quoi vont porter les discussions ?

comité des signataires
Comité des signataires
17ème Comité des Signataires, à Matignon, en mars 2018 ©La1ere.fr
Le 18ème Comité des signataires de l'Accord de Nouméa s'ouvre vendredi à Paris, six semaines après le référendum. Sur quoi vont porter les discussions ? Quelles sont les positions des différents participants ? Réponses ici. 
Six semaines après le référendum d'autodétermination qui a vu la victoire du "Non" à l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie l'emporter avec 56,7% des suffrages, c'est une nouvelle étape qui débute ce vendredi 14 décembre à Paris. Les membres du Comité des signataires seront réunis par le Premier ministre Edouard Philippe. Dans un communiqué, Matignon fixe les grandes thématiques qui seront abordées :

Ce XVIIIème comité tirera le bilan du référendum du 4 novembre 2018 et évoquera le cadre politique et juridique des prochaines échéances institutionnelles, notamment les élections provinciales.

Comme le Premier ministre l’avait indiqué le 5 novembre, les membres du comité échangeront également sur les enjeux économiques et sociaux qui sont au coeur des Accords de Matignon-Oudinot et de Nouméa.

- Communiqué de Matignon à la veille du Comité des signataires


Les rencontres préalables

Comme le veut une mécanique désormais bien rodée, les différentes délégations calédoniennes ont eu plusieurs rendez-vous dans les derniers jours, depuis leur arrivée à Paris.
Reçue mardi au ministère des Outre-mer, la délégation du Rassemblement-Les républicains a insisté sur la question du corps électoral. "Nous considérons que l'Accord de Nouméa est arrivé à son terme", a expliqué Thierry Santa. 

Jeudi matin, Annick Girardin a reçu tour à tour l'UNI-Palika puis la délégation FLNKS et Nationalistes Pour l'UNI Palika, Victor Tutugoro a expliqué que "L'accord de Nouméa n'est pas terminé" et que les élections provinciales doivent s'inscrire dans ce cadre.

Au nom de la délégation FLNKS-Nationalistes, Gérard Reignier affirme "Ne pas s'attendre à grand chose car on sait que dans six mois il y a les élections provinciales. Il n'y aura peut-être pas beaucoup de consensus" dans ce Comité des signataires.

Pour Les Républicains Calédoniens, reçus jeudi après-midi, "l'idée est que ce Comité des signataires établisse clairement comment on va sortir de l'Accord de Nouméa". Sonia Backès souhaite également que soit posé le débat sur le corps électoral. Quant aux 2è et 3è référendums, "si on ne peut pas les éviter, il faut avancer leurs dates pour régler la question le plus rapidement possible".

La délégation de Calédonie Ensemble a été la dernière à se rendre au ministère des Outre-mer. Philippe Michel a expliqué qu'il n'espérait pas de réelle avancée lors de ce Comité en raison de la proximité des élections provinciales. "Je ne forme pas des espoirs délirants sur la possibilité de trouver des consensus". 
 

Pas de conférence de presse

Contrairement aux deux précédents Comités des signataires (en novembre 2017 et mars 2018) organisés depuis l'arrivée d'Edouard Philippe à la tête du gouvernement, Matignon ne prévoit pas de conférence de presse du Premier ministre à l'issue de la journée de vendredi. Un signe sans doute que l'Etat ne s'attend pas à obtenir de grandes avancées ni un réel consensus lors de ce XVIIIème Comité des signataires. 
 
Publicité