Commission de stratégie vaccinale : deux personnes seront tirées au sort pour représenter les Outre-mer

coronavirus
La campagne de vaccination débutera le 19 janvier, dans les EHPAD.
La campagne de vaccination débutera le 19 janvier, dans les EHPAD. ©IP Réunion

Le CESE a lancé le 4 janvier le tirage au sort de 35 citoyens pour constituer une commission de stratégie vaccinale représentative de la "diversité de la population française". Un appel à volontaires pour deux représentants des Outre-mer a été lancé. 

Alors que les premières vaccinations débutent dans toute la France, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a été saisi par le Premier ministre afin de lancer une commission de stratégie vaccinale incluant les citoyens. En France, la vaccination contre le Covid-19 suscite de nombreux doutes au sein de la population, 58% de celle-ci ne souhaitant pas se faire vacciner selon un sondage réalisé par Franceinfo

Il s'agit pour le CESE de "tenir compte des préoccupations, observations et interrogations des citoyens et de la société civile organisée, et d’améliorer la stratégie vaccinale Covid-19 en conséquence". Pour cela, un tirage au sort a été lancé lundi 4 janvier pour trouver 35 citoyens représentant la "diversité de la population française". Pour les Outre-mer, deux personnes seront présentes, l'une de la Caraïbe et l'autre de l'océan Indien. 

Les personnes recherchées sont des personnes qui ont vécu en Outre-mer, y compris au moins une partie de l’année 2020, et qui sont maintenant et pour toute l’année 2021 en métropole, pour le travail, les études, ou d’autres raisons.

 

Les personnes intéressées, de 18 ans et plus, peuvent se manifester "avant le 7 janvier à midi au plus tard" en remplissant le questionnaire rapide mis en place par le CESE. Elles seront recontactées avant le 12 janvier à 12h (heure de Paris), à l'issue du tirage au sort. 

Par la suite, le collectif citoyen se réunira dès ce mois de janvier jusqu'à la fin de l’automne 2021 dans le cadre d'"une douzaine de réunions de trois jours". Celui-ci sera accompagné par une commission spéciale au sein du CESE et d'une plateforme de consultation ouverte à tous. "Une indemnisation correspondant à celle des jurys d’assises est prévue, ainsi que la prise en charge de tous les frais de déplacement en métropole", indique le CESE.

Une initiative critiquée

Voulue comme un "thermomètre citoyen" en plein climat de défiance, l'initiative gouvernementale ne fait pas l'unanimité. A gauche comme à droite et même au sein de la majorité, elle est même vivement critiquée. Jugée comme un "gadget" qui "balade les Français" par la présidente du RN Marine Le Pen, elle est la preuve pour le président du parti Les Républicains (LR), Christian Jacob, que le gouvernement est "incapable de confirmer qu’il dispose d’une vraie stratégie vaccinale". 

"En quoi un tirage au sort représente les Français", s'agace de son côté Jean-Christophe Lagarde, chef de file de l'UDI et membre de la délégation Outre-mer à l'Assemblée Nationale. Le sénateur du Tarn Philippe Folliot, membre de la délégation sénatoriale aux Outre-mer, s'interroge lui sur l'intérêt de la commission. "Cette méthode interpelle sur l’affaiblissement du Parlement", tweete-t-il.