Compagnies de spectacles en outre-mer : l'art de sortir des difficultés

théâtre
COMPAGNIES DE SPECTACLES : L’ART DE SORTIR DES DIFFICULTÉS
©Outre-mer la 1ère
Quelles sont les conséquences pour les compagnies de spectacles des Outre-mer, suite à la crise sanitaire engendrée par la pandémie de Covid 19 ? Nous avons interrogé trois responsables de troupes qui auraient dû faire le déplacement au Festival Off de Théâtre d’Avignon...
 
Pour beaucoup de corporations, la crise sanitaire liée au coronavirus provoque d’énormes difficultés économiques et sociales. Pas simple dans le contexte actuel de rebondir dans de bonnes conditions. Le milieu du spectacle a tout particulièrement du mal à se remettre de cette coupure. Et pour les compagnies de théâtre ou de danse, la situation n’est pas tout à fait la même suivant le département ou le territoire d’outre-mer et les solutions non plus.

Odile Pedro Léal est la directrice artistique et metteuse en scène de la compagnie du Grand théâtre itinérant de Guyane. Si l’annonce de l’arrêt de toute activité artistique en public l’a saisie comme une douche froide, il lui a fallu très vite se rendre à l’évidence : il y avait urgence à trouver des solutions pour pallier l’absence des représentations non seulement locales
Odile Pédro-Léal
 mais également celle qui correspondait aux dates du TOMA théâtre d’outre-mer en Avignon, point d’orgue de la saison 2020 pour la compagnie. Car on ne va pas se mentir : trois semaines de présence et de représentations dans la capitale internationale du théâtre pendant le mois de juillet c’est à la fois l’assurance de remplir le quota nécessaire pour l’intermittence des comédiens mais aussi de bonnes ou de meilleures chances de rencontrer les programmateurs qui assurent d’autres dates pour les mois à venir. 

Odile Pédro-Léal – Théâtre Itinérant de Guyane


Même problème pour Lolita Monga avec la compagnie qui porte son nom à la Réunion : report à 2021 des dates initialement prévues dans les salles qui devaient accueillir le spectacle cette année et probable réinscription au TOMA 2021 avec quelques incidences sur la trésorerie… Même son de cloche du côté de la directrice de la compagnie Troc en jambes de Nouvelle-Calédonie. Véronique Nave a bien
Véronique Nave
conscience qu’il sera difficile de remonter la pente après la crise du coronavirus. D’autant qu’en Nouvelle-Calédonie, le contexte est inversé : les compagnies néo-calédonienne sortaient à peine en mars deleur saison creuse et s’apprêtaient justement à relancer leur saison artistique. L’annonce de l’annulation de tout spectacle en public a été très durement ressentie même si le confinement a finalement là-bas duré moins longtemps qu’ailleurs. 

Véronique Nave – Compagnie Troc en Jambes (N.-Calédonie)


Repenser les tournées

Pour Troc en Jambes comme pour le Grand théâtre itinérant de Guyane et la compagnie Lolita Monga, il faut maintenant tout rebâtir : repenser ou reconsidérer les spectacles, reprendre le chemin des répétitions, trouver de nouvelles dates, monter une nouvelle tournée malgré les incertitudes et faire en sorte que les agendas des salles de spectacles coïncident avec ceux des compagnies. Faire en sorte aussi de s’assurer que les financements promis pour les projets initiaux seront bien reconduits...

Si en Guyane, Odile Pedro Léal espère encore que la DAC Guyane (Direction des Affaires Culturelles) et le FEAC fond d’aides et d’échanges artistiques dédiés au outre-mer) continueront le traitement des demandes de subventions et que ces fonds accordés se reporteront sur les nouveaux projets, tout s’est relativement bien déroulé pour la compagnie Lolita Monga, troupe conventionnée qui a vu simplement le report des fonds s’effectuer sur la saison suivante. En Nouvelle-Calédonie Véronique Nave doit, elle, faire face aux coupes budgétaires qui frappent la culture en temps de crise. Puisqu’il faut réinjecter de l’argent dans l’économie du pays, c’est au portefeuille de la culture que l’on va généralement chercher les premiers fonds... 

Solidarité entre artistes 

C’est l’une des raisons qui fait qu’avec d’autres artistes du Caillou, la chef de fil de Troc en Jambe a entrepris la création d’un syndicat, histoire non seulement de défendre les droits des artistes mais aussi afin
Lolita Monga – Compagnie Lolita Monga
de s’organiser et d’appréhender au mieux l’avenir (sachant notamment qu’en Nouvelle-Calédonie le statut d’intermittent pour les artistes n’existe pas). Car, cette étrange période aura au moins apportécela : devant la situation de crise, front uni chez les artistes ! Et à l’instar des acteurs culturels de Nouvelle-Calédonie, ceux de la Réunion ont également ressenti le besoin de s’unir en un collectif baptisé les Artisans de la culture, histoire de voir et d’affronter l’avenir incertain mais… ensemble. C’est l’une des choses qui a le plus rasséréné Lolita Monga, ces dernières semaines. 

Lolita Monga – Compagnie Lolita Monga (la Réunion)


Il n’empêche pour les trois dirigeantes de troupes et artistes des trois océans, le constat est le même : pas question de laisser tomber, pas question de baisser les bras. Le spectacle doit continuer et s’employer à retrouver le public dans les meilleures conditions possibles... et si possible dans les salles de spectacles ! L’espoir se forme que le public sera au rendez-vous. Et il n’y a plus qu’à espérer que les artistes y soient aussi : car, comme le souligne Véronique Nave, certains d’entre eux ont décidé provisoirement ou durablement, devant la montagne de difficultés qui s’est élevée devant eux en deux mois, d’entreprendre cette année une activité salariée disons... plus alimentaire qu’artistique.