Confinement : le présent suspendu permet à la basketteuse martiniquaise Marielle Amant de travailler sur son avenir

basket-ball
Marielle Amant
Voilà déjà deux ans que la basketteuse martiniquaise l’envisage. La pandémie de Coronavirus n’a fait qu’accélérer les choses. Marielle Amant, 30 ans pense activement à sa vie d’après.
À La Roche-sur-Yon, Marielle Amant est comme tout le monde. Confinée. Et seule. Dès le mois de février, la joueuse pivot de La Roche Vendée Basket se doutait que la France serait impactée. La situation en Italie s'aggravait de jour en jour. Avant l'inéluctable, le 16 mars dernier : "Je n'ai pas été surprise par la mesure de confinement. Sauf que soudain, tout s'est arrêté. Tout ! Pour une joueuse de basket, le défi physique est de taille. Je ne veux pas courir à l'extérieur. Déjà à cause du virus. Mais aussi parce qu'il n'y a que du bitume autour de chez moi. C'est moyen pour les genoux fragiles. Heureusement que le club m'a prêté un vélo d'appartement."

Un défi physique pour des joueuses qui s'entraînent seules et en appartement. Un défi économique également pour des clubs aux budgets souvent modestes. À La Roche Vendée, toutes les joueuses sont désormais en chômage partiel. Dans l'attente d'une hypothétique reprise du Championnat, la plupart ont déserté la ville. Les étrangères sont rentrées chez elle. Seules quatre joueuses demeurent à La Roche-sur-Yon. "C'est amusant car il s'agit des quatre ultramarines de l'équipe : la calédonienne Lucet, les guadeloupéennes Monpierre et Chery. Et moi ! Les îliennes gardent la maison" sourit Marielle. Un sourire sincère puisque la Martiniquaise se sent bien en Vendée. L'an dernier, le club lui a tendu la main après sa blessure au genou. Et il vient de prolonger son contrat pour deux ans. Un vrai luxe en ces temps économiques incertains.
     

L'heure est aussi à la réflexion

Un avenir sportif garanti jusqu'en 2022. Marielle Amant aura alors 32 ans. Pas forcément l'âge des adieux aux parquets. Mais la Martiniquaise veut prévoir et anticiper. Il y a quelques mois déjà, elle a débuté un bilan de compétences réservé à des athlètes de haut-niveau. L'enjeu de ce travail auprès de la structure Sport Compétences ? Trouver les secteurs d'activité qui lui correspondent. Et là, surprise ! "Il s'avère que j'ai une appétence pour les Ressources Humaines. Deux partenaires du club m'ont permis de faire des stages chez eux : Hyper-U et Crédit Mutuel. Et j'avoue que travailler sur l'humain me tente assez. Sans ce bilan de compétences, je ne l'aurais jamais su. Je profite du confinement pour peaufiner un rapport qui doit ensuite me mener vers des formations spécifiques. C'est très prenant."

Marielle Amant, ancienne joueuse pivot de l'équipe de France sera peut-être demain un élément clé de la DRH d'une grosse société. Un seule chose semble certaine : elle n'évoluera plus dans le monde du basket. Enfin… pas au quotidien. Plutôt à des moments précis. "Je veux contribuer à ranimer la petite flamme du basket féminin martiniquais. Jusqu'au début des années 2000, les salles étaient bondées. Il y avait un gros engouement. Puis le hand a pris toute la place. Je veux m'investir pour transmettre toutes les valeurs que le basket m'a apprises. Localement, l'ancienne pro Leslie Ardon fait un travail formidable. Je suis prête à donner un coup de main sur des opérations ponctuelles. Je veux m'investir."
 
 

Il y aura un avant et un après-Coronavirus

La Ligue féminine de basket annoncera le 10 avril prochain si le Championnat professionnel reprend ou pas. Et si oui, à quelle date. Les signaux semblent malheureusement indiquer un arrêt définitif de la saison 2019 / 2020. Si le club vendéen de Marielle Amant devrait repartir l'an prochain, il n'en sera pas forcément de même pour tous les autres. "Il y aura de la casse car certains clubs dépendent exclusivement ou presque de subventions locales," prévient la Martiniquaise. "Qui va survivre ? Qui va déposer le bilan ? Les sponsors seront-ils toujours là ? Économiquement parlant, le sport va payer une facture très élevée."

Dans ce tableau bien sombre, une seule touche de couleur demeure. De plus en plus éclatante. De plus en plus irradiante : l'humain. Marielle Amant peut en témoigner : "À la base, je téléphone peu. Je préfère les SMS ou les conversations sur WhatsApp. Je suis quelqu'un d'assez discret. Mais avec le confinement, je me suis surprise à appeler les gens, à prendre du plaisir à échanger. Une bonne partie de ma famille vit en Martinique. Il y a quelques jours, nous avons organisé une grande réunion vidéo. Un moment très émouvant. C'est triste à dire mais avant le confinement, nous ne prenions jamais le temps de vivre des instants pareils."
Les Outre-mer en continu
Accéder au live