publicité

Congés bonifiés : Emmanuel Macron veut des retours plus fréquents et des billets moins chers

Alors qu'il était en visite en Guyane du 26 au 28 octobre, Emmanuel Macron s'est exprimé sur les congés bonifiés, lors de son discours d'ouverture des Assises des Outre-mer. Le chef de l'Etat veut revoir le fonctionnement avec des congés "plus courts et des billets moins chers".

(Photo d'illustration) © PATRICE COPPEE / AFP
© PATRICE COPPEE / AFP (Photo d'illustration)
  • La1ère.fr
  • Publié le
"Nous devons revoir les congés bonifiés tels qu'ils fonctionnent aujourd'hui", a déclaré Emmanuel Macron, samedi 28 octobre, lors de sa visite en Guyane. Dans son discours d'ouverture des Assises des Outre-mer à la préfecture de Cayenne, le chef de l'Etat a estimé que les congés bonifiés actuels n'étaient "plus adaptés à un temps où il fallait prendre un bateau pendant des mois pour rejoindre sa famille".

Ecoutez ci-dessous l'extrait de son discours sur les congés bonifiés :

Extrait


Retour plus fréquents

Emmanuel Macron veut désormais permettre "des retours plus fréquents avec une politique qui incite aussi à avoir des billets beaucoup moins chers". Il a dénoncé un système actuel "d'entente en quelque sorte sur le dos des personnes et des finances de l'Etat".

Vigilance sur les prix des billets

"On fait payer plusieurs milliers d'euros de plus le billet d'avion à celui qui revient pour son congé bonifié, a déploré Emmanuel Macron. Il faut pouvoir revenir plus vite, plus facilement, avec là aussi des politiques tarifaires plus adaptées".

Le Président de la République veut une "politique de concurrence beaucoup plus vigilante pour les monopoles dans chacun de nos territoires, ce sera aussi ce que nous ferons pour nos compagnies aériennes et leurs politique tarifaire". Une déclaration saluée immédiatement par les élus et la ministre des Outre-mer présents dans l'assistance.

Décret de 1987

Tous les fonctionnaires originaires des Outre-mer peuvent prétendre aux congés bonifiés. C'est un décret de juillet 1987 qui en détermine les critères encore en vigueur aujourd'hui (naissance dans un DOM, scolarisation et présence de la famille là-bas, etc.). Ce congé équivaut à 30 jours supplémentaires de congés tous les trois ans, avec le prix du billet payé par l'employeur.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play