Coronavirus : deux vols vers les Antilles et La Réunion pour du fret alimentaire et sanitaire

coronavirus
Décollage fret aérien
©Jean-Michel Mazerolle
Deux avions décollent ce mercredi 22 avril de l'aéroport d'Orly. A leur bord, du fret médical et alimentaire pour les Antilles et La Réunion. 
Deux appareils d'Air Caraïbes et French Bee ont décollé ce jeudi 22 avril de l'aéroport d'Orly, à destination de la Guadeloupe et de La Réunion. L'aéroport d'Orly est fermé depuis le 31 mars en raison de l'épidémie du coronavirus. Ce sont les premiers avions qui décollent de l'aéroport parisien depuis cette date. A bord, aucun passager mais du fret. "C'est une façon de maintenir le lien", explique Marc Rochet, vice-président du conseil d'administration d'Air Caraïbes et président de French Bee.
fret aérien orly
©Jean-Michel Mazerolle
 

Un vol vers la Guadeloupe

air caraibes fret
©Jean-Michel Mazerolle

A bord du premier appareil à destination de la Guadeloupe, un Airbus A350 d'Air Caraïbes  : 27 tonnes de fret sanitaire, des médicaments, du courrier et du fret alimentaire. L'appareil d'Air Caraïbes a décollé aux alentours de 16h, heure de paris. Il atterrira à Pointe-A-Pitre dans la soirée. Il ne restera sur place que deux heures, le temps de décharger le fret. Pour le vol retour, il transportera 30 tonnes de melons de Guadeloupe, à destination de Rungis. Demain, jeudi 23 avril, il repartira pour Fort-de-France, en Martinique afin de transporter à nouveau du fret.

Les explications de Marc Rochet, vice-président du conseil d'administration d'Air Caraïbes et président de French Bee :
©la1ere

 

Une rotation vers La Réunion

french bee orly
©Jean-Michel Mazerolle
L'appareil de la compagnie French Bee décollera théoriquement à 17h40, heure de Paris à destination de La Réunion. Il transporte 30 tonnes de fret. Il doit arriver jeudi matin à La Réunion et repartira en transportant des fruits et légumes réunionnais à destination des
marchés parisiens. Pour l'heure, aucun autre vol de ce type n'est encore programmé, mais Marc Rochet n'exclut pas cette hypothèse.
fret aérien orly 2
©Jean-Michel Mazerolle