Coronavirus : hausse soudaine des cas dans plusieurs territoires des Outre-mer

coronavirus
Port du masque à l'extérieur à la réunion durant l'épidémie de coronavirus
(Photo d'illustration) ©Imaz Press
Après une première vague de contamination limitée dans la plupart des Outre-mer, les bilans font désormais état d'une poussée des nouveaux cas de Covid-19 dans les trois océans : aux Antilles, à La Réunion et en Polynésie. La Guyane et Mayotte ont atteint un plateau. Point complet. 
 

A ce stade, 13 520 cas avérés et 127 décès ont été recensés dans les Outre-mer. Quatre territoires connaissent une nouvelle hausse des cas, mais la Direction générale de la Santé ne s'alarme pas de la situation : "il n'y a pas d'alerte en Outre-mer", dit Jérôme Salomon. Il fait état de 127 hospitalisations au total, dont 25 en réanimation

 

Recrudescence

► Polynésie
77 cas de covid-19 ont été répertoriés en Polynésie entre le 2 et le 11 août. C'est plus que le nombre total de cas recensés jusqu'alors depuis le début de l'épidémie : 64 entre le mercredi 11 mars et le samedi 1er août. 11 des nouvelles contaminations sont des cas importés, toutes les autres personnes ont été infectées localement, essentiellement par des contacts étroits dans des regroupements festifs.

Le 13 août, le haut-commissariat de la Polynésie a confirmé que "51 gendarmes de l’escadron de Gendarmerie Mobile de Tarbes ont été testés positifs plusieurs jours après leur départ de Polynésie française". Certains étaient présents à la soirée organisée au Piment Rouge le 31 juillet, un évènement qui pourrait être à l'origine d'un foyer à Faa'a, d'après le communiqué.

Les vols commerciaux depuis et vers la Polynésie française ont repris progressivement le 3 juillet. Le territoire est de nouveau ouvert au tourisme international depuis le 15 juillet, précise le haut-commissariat du territoire. Ainsi, le premier vol de passagers qui n'étaient plus soumis à la septaine est arrivé le mercredi 15 juillet. Ils étaient 237 à débarquer ce jour-là.

La Réunion 
L'île de l'océan Indien a recensé son premier foyer de contamination cette semaine. Situé à Saint-Denis, le chef-lieu, il est lié à un mariage qui s'est déroulé le 29 juillet. Depuis le 10 août, 86 cas de Covid-19 ont été confirmés à La Réunion, portant le total à 776 le 14 août. Deux nouveaux clusters sont également identifiés à Saint-André. 

Face à la recrudescence des cas dans un contexte de rentrée scolaire, le préfet de La Réunion a pris un arrêté pour imposer le port du masque dans certains espaces publics découverts à forte fréquentation commerciale et touristique dès samedi 15 août. Les opérations de dépistage sont également renforcées.

La septaine à l'arrivée a été levée le 11 juillet dans le territoire, avec la fin de l'état d'urgence sanitaire, sauf pour les passagers en provenance de Mayotte où le virus circulait encore activement. Outre un motif impérieux pour voyager, ils doivent se soumettre à un isolement strict à leur arrivée. 

Guadeloupe
Le 12 août, la préfecture et l'ARS annoncent que 50 cas supplémentaires ont été enregistrés en 48 heures. Sur une semaine, du 8 au 14 août, ce sont 156 nouveaux cas qui sont répertoriés, portant à 446 le nombre de cas confirmés en Guadeloupe. Le seuil de vigilance est dépassé. Mais la Guadeloupe demeure, selon la directrice de l'ARS et le préfet, en dessous du seuil d'alerte.

Le nouveau préfet du territoire, Alexandre Rochatte, a décidé de ne pas généraliser l'obligation du port du masque en extérieur. Des arrêtés ont, cependant, été pris à la demande des communes, comme aux Abymes et à Terre-de-Haut dans l'archipel des Saintes.

Martinique
Vendrdi 14 août, la préfecture et l'Agence Régionale de Santé appellent à la vigilance. 71 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensé en Martinique entre le 9 et le 14 août 2020 portant le total à 407 cas avérés. Ce sont essentiellement des jeunes qui sont touchés par le virus. 

Le 10 août déjà, l'ARS de Martinique annonce 66 nouvelles contaminations entre le 3 et le 9 août, ainsi que trois foyers. Son directeur, Jérôme Viguier, ne tire pas le signal d'alarme estimant que le "seuil de vigilance est dépassé" mais pas le "seuil de pré-alerte" comme en Guadeloupe. Le bilan s'élève alors à 342 cas avérés. Entre le 10 juin et le 6 août, le territoire n'avait comptabilisé que 59 nouveaux cas.

Conséquence de cette recrudescence, le masque est obligatoire dans les lieux publics ouverts depuis le 11 août. L'obligation de tests pour les voyageurs en provenance de Guadeloupe est envisagée par la préfecture. Les personnes en provenance de Saint-Martin sont, elles, appelées à se faire dépister rapidement.
 

Plateau

Guyane
La situation sanitaire s'est stabilisée dans le département-région d'Amérique du Sud. Au 14 août, 8549 cas avérés ont été recensés depuis le 5 mars. C'est, de loin, le territoire des Outre-mer le plus touché par l'épidémie. Le pic a été atteint début juillet, le nombre de nouveaux cas quotidiens diminue depuis lors. 

Les admissions en réanimation ont fortement diminué et les nouvelles entrées sont désormais peu fréquentes, explique l'ARS. Au cours des 7 derniers jours, 4 personnes ont été admises en réanimation. Les décès ont diminué depuis mi-juillet, mais trois personnes ont succombé au cours des trois derniers jours : 53 personnes ont succombé à la maladie au total en Guyane. 

L'état d'urgence sanitaire a été prolongé jusqu'au 30 octobre en Guyane comme à Mayotte, alors qu'il a été levé le 10 juillet dans le reste de la France.

► Mayotte
Mayotte compte à ce stade 3119 cas avérés et 39 décès, dont quatre après des évacuations sanitaires vers La Réunion. La situation s'est stabilisée dans l'archipel de l'océan Indien, après une propagation intense pendant plusieurs semaines. Le nombre de contaminations a augmenté progressivement fin mars et début avril. Le 27 avril, Mayotte devient le territoire d'Outre-mer le plus touché par le Codid-19. Il sera ensuite largement dépassé par la Guyane. 

Les voyages ont repris progressivement mi-juillet depuis et vers La Réunion ainsi que l'Hexagone, mais seulement quand ils "sont fondés sur un motif impérieux d'ordre personnel ou familial, un motif de santé (...) ou un motif professionnel (...)". L'état d'urgence sanitaire a, en effet, été prolongé jusqu'au 30 octobre à Mayotte comme en Guyane. 

 

Situation sous contrôle

► Nouvelle-Calédonie
Le Caillou du Pacifique compte jusqu'ici 23 cas de coronavirus depuis la première infection le mercredi 18 mars. Le 14 juillet, après plus d'un mois sans contamination, les autorités avaient annoncé un nouveaux cas. Le vingt-troisième cas de Covid-19 avait été dépisté le 7 août. Tous sont des cas importés.

Contrairement à la Polynésie, la Nouvelle-Calédonie n'a pas autorisé la reprise des vols commerciaux à l'international. Sur son site, le gouvernement local précise que "les vols internationaux réguliers au départ et à destination de la Nouvelle-Calédonie, ainsi que le transport maritime international de passagers, sont suspendus (sauf dérogations) depuis le 20 mars et ce, au moins jusqu'au 24 octobre."

Seules sont organisées des liaisons avec l'Hexagone (et Sydney, principalement pour des évacuations sanitaires). À l'arrivée en Nouvelle-Calédonie, la quatorzaine dans un hôtel réquisitionné demeure obligatoire, de même qu’un test de dépistage à l’issue.

► Wallis et Futuna
C'est le seul territoire des Outre-mer qui ne compte, à ce stade, aucun cas de coronavirus. La possibilité d'un premier cas a récemment suscité l'inquiétude dans l'archipel du Pacifique. Une personne contact avait été identifiée le lundi 03 août. Elle était arrivée en avion deux jours plus tôt. Lors du trajet Paris-Tokyo, le passager était à côté d'un individu contaminé par le coronavirus. Il a été suivi par l'équipe médicale et les autorités locales dans l'un des hôtels de Wallis où il était confiné.

Par précautions, 35 autres personnes ont été confinées jusqu'au 14 août. Les tests effectués le 13 août se sont tous révélés négatifs. Le 14 août, le confinement des personnes concernées a été levé.

Des vols commerciaux, vers et depuis la Nouvelle-Calédonie peu touchée par le virus, ont repris le 7 juillet. Les autres liaisons vers l'extérieur restent suspendues.

► Saint-Pierre et Miquelon
La propagation du virus est maitrisée dans l'archipel d'Amérique du Nord. Seuls cinq cas de Covid-19 ont été dépistés à ce stade : les résultats ont été annoncés le 4 avril, le 7 juillet et le 8 août. Arrivées par avion, les personnes concernées ont été placées à l'isolement strict à leur arrivée sur le territoire. Les investigations autour de la dernière personne testée positive ont fait apparaître 5 cas-contacts auxquels il a été décidé d’appliquer une mise en isolement préventive. Toutes les cinq ont été testées négatives. 

Depuis le 10 juillet et la levée de l'état d'urgence sanitaire, il n'y a plus de quatorzaine stricte à l'arrivée sur le territoire. Néanmois, le préfet de l'archipel recommande fortement aux nouveaux arrivants d'observer une septaine et de faire un 2e test PCR à la fin de cet isolement. 






 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live