Coronavirus : "Nous serons aux côtés des Martiniquais dans la durée" déclare Olivier Véran à l’Assemblée nationale

politique
Olivier Véran
Olivier Véran ©Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Interpellé par la députée Manuela Kéclard-Mondésir sur les conséquences sociales de la crise sanitaire, le ministre des Solidarités et la Santé demande aux élus locaux "d’avoir un message courageux" à l’égard de la population et de l'appeler à "se protéger" grâce au vaccin.

A l’Assemblée nationale, la députée de la Martinique, Manueala Kéclard-Mondésir a interpellé sur un ton grave le ministre des Solidarités et de la Santé. "En Martinique où 30% des habitants vivent avec moins de 830 euros par mois » (…) que compte faire le gouvernement pour atténuer les effets collatéraux de cette crise ?" "Cette quatrième vague est une véritable catastrophe", insiste la députée (Gauche démocrate et républicaine) pour qui "il faut un bouclier social pour soutenir la population".

 

Dans sa réponse Olivier Véran a souligné que "la crise sanitaire en Martinique n’était pas la conséquence de la crise sociale, mais la conséquence d’un virus qu’on peut désormais prévenir grâce par un vaccin sur et efficace et pour lequel seulement 25 à 30% de la population a été immunisée". "En revanche le confinement a des conséquences sociales" et il faut absolument éviter de nouveaux confinements par la vaccination, estime toujours le ministre. Sa réponse ci-dessous :