Coronavirus : réactions d’élus locaux après l’envoi de porte-hélicoptères Outre-mer

coronavirus
Le porte-hélicoptères amphibie Mistral
Le porte-hélicoptères amphibie Mistral ©ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
L’annonce a été faite mercredi 25 mars par Emmanuel Macron. Deux porte-hélicoptères seront déployés, l’un aux Antilles-Guyane, l’autre dans l’océan Indien pour Mayotte et La Réunion. Sur place, certains élus sont satisfaits, d’autres moins.
 
"L’opération résilience" est lancée pour venir en aide aux populations face à l’épidémie de coronavirus qui touche la France. Pour les Outre-mer, cela se traduit par l’envoi de deux porte-hélicoptères amphibie. Le Mistral doit se rendre rapidement dans l’Océan Indien afin de prêter main-forte aux hôpitaux de Mayotte et de La Réunion. Le Dixmude, lui, doit être positionné début avril dans l’océan Atlantique pour répondre aux demandes de soins de la Guyane, de la Martinique, et la Guadeloupe. Dans ces départements et régions d’Outre-mer, les hôpitaux sont déjà sous tension par manque de personnels et de moyens.
La propagation du coronavirus Outre-mer inquiète grandement les personnels de santé mais également les élus locaux. L’arrivée de ces porte-hélicoptères -véritables hôpitaux militaires flottants - est saluée par la plupart des élus.

Thani Soilihi, sénateur LREM de Mayotte, se satisfait des mesures prises.
À La Réunion également, c’est un ouf de soulagement pour la députée LR, Nadia Ramassamy.
Dans l’océan Atlantique, la députée Modem de Guadeloupe Justine Bénin salue elle aussi l’envoi de soutien sanitaire dans la zone. 
Dans l’île papillon toujours, la présidente socialiste du conseil départemental Josette Borel-Lincertin regrettent cependant un manque criant de moyens. 
Le député LR de Mayotte Mansour Kamardine attend également plus de matériels de protections, des médicaments et souhaite que le porte-hélicoptères soit positionné près des côtes de Mayotte. Il était chez nos confrères de Mayotte la 1ère.
 
Le député de Mayotte réagit à l'envoi d'un porte-hélicoptères dans l'Océan Indien ©Mayotte la 1ère


Le positionnement de cet hôpital flottant militaire, est primordial pour le conseiller départemental de Mayotte Daniel Zaidani. Il réclame en outre un dépistage systématique de la population. 
Réaction de Daniel Zaidani, conseiller départemental de Pamandzi ©Mayotte la 1ère






 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live