Coronavirus : retour du surf le 11 mai ? "On y travaille", Jean-Luc Arassus, président de la Fédération Française de Surf

coronavirus
Jean-Luc Arassus FFS
Jean-Luc Arassus, président de la Fédération Française de Surf ©FFS
Le président de la Fédération Française de Surf a répondu ce vendredi en direct sur les réseaux sociaux aux nombreuses questions de la communauté du surf. Jean-Luc Arassus a laissé entendre qu'un retour du surf le 11 mai prochain était possible, en précisant toutefois que rien n'est encore décidé. 
Dans son échange en direct sur les réseaux sociaux ce vendredi, Jean-Luc Arassus s'est montré prudent, mais il a néanmoins confirmé la possibilité d'un retour de l'activité le 11 mai. "Nous travaillons sur des propositions quant aux possibilités de reprise. A la fois des activités physiques individuelles et collectives, mais aussi économiques avec les clubs et les écoles", a-t-il indiqué.  

"Surfer près de chez vous"

Jean-Luc Arassus estime que a fédération qu'il préside est en capacité d'accompagner ce retour à l'eau pour tout le monde, même si, aujourd'hui, "il n'y a aucune certitude", s'est-il empressé d'ajouter. "Parmi nos propositions, il y a le retour à l'océan par la pratique d'une activité physique temporaire. Encore une fois, la plage est un lieu de passage. On va surfer sans s'arrêter pour discuter ou regarder les vagues, ni sur la plage, ni sur le parking, ni sur le chemin du retour", indique Jean-Luc Arassus.  

Pour favoriser ce retour, la fédération propose également un surf de régionalisation. "On surfe sur son spot. On ne fait pas des kilomètres en voiture ou en vélo pour aller sur un autre spot. On demandera à notre communauté d'appliquer cette consigne : surfer près de chez vous !", affirme Jean-Luc Arassus, qui ajoute, "on en saura davantage quand le plan de fin de confinement sera dévoilé." 
 

Sportifs de haut-niveau

Les sportifs professionnels n'échappent pas à la crise sanitaire qui secoue la France et sont contraints, eux-aussi de se conformer aux règles. "On a demandé à ce que nos sportifs de haut niveau retournent à l'eau au plus vite. Pour nous : tout le monde doit pouvoir surfer le 11 mai : les champions comme les pratiquants non licenciés", indique le président de la Fédération Française de Surf.  

Les premières compétitions fédérales devaient débuter en avril. "Nous ne savons pas encore quand il y aura un redémarrage. Nous l’espérons pour la mi-juillet", indique Jean-Luc Arassus. L’objectif de la Fédération est le maintien des championnats de France qui ont lieu chaque année fin octobre.
 

Clubs et écoles de surf

S'agissant des clubs, la fédération n'a pas de réponse du gouvernement. "La fédération travaille pour que les professionnels, qui seront en première ligne des bonnes pratiques pour un retour à l'eau pour tous, puissent mettre en place l'accompagnement de tous avec un protocole sanitaire Covid-19." Une aide sera notamment apportée à l’achat de licences pour les clubs avec un rabais et prend également des mesures spécifiques pour soutenir les écoles labellisées.
 

Recommandations sanitaires

La fédération prépare un support de communication des bonnes pratiques et de l'organisation à avoir pour l'accueil du public dans les clubs et dans les écoles : gestes barrières, gestes de préventions, nettoyage… 
 

La Nouvelle-Calédonie échappe à la règle 

Des internautes se sont également étonnés dans cet échange avec Jean-Luc Arassus de constater que le surf est autorisé en Nouvelle-Calédonie, mais pas ailleurs en France ."Il s’agit de compétences territoriales. En Nouvelle-Calédonie, il y a un gouvernement qui a ses propres lois et il a décidé de lever le confinement car il n'y a quasiment pas eu de cas chez eux", a répondu Jean-Luc Arassus.