Coronavirus : un restaurateur lance "la cagnotte des héros" pour livrer des repas au personnel soignant

coronavirus
Cagnotte des héros
©Cagnotte des héros
Fabrice Jean-Baptiste Edouard, propriétaire d’un restaurant caribéen en région parisienne est à l'origine de "la cagnotte des héros", dont l'objectif est de récolter de l'argent pour permettre de préparer et de livrer des repas aux soignants de l’hôpital Sainte-Camille de Bry-sur-Marne. 
Fabrice Jean-Edouard, propriétaire d'un restaurant caribéen en région parisienne, voulait faire plus que les applaudissements qui résonnent chaque soir à 20 heures dans les rues de Champigny sur Marne. Il voulait également aller plus loin que les petits mots de soutien envoyés ici ou là aux personnels soignants. Il a alors l'idée de lancer un appel aux dons via internet. Objectif : récolter suffisamment d’argent pour livrer des repas aux soignants de l’hôpital Sainte-Camille de Bry sur Marne. Une première livraison de repas est prévue, ce samedi.

Quelques centaines d'euros

Fabrice Jean-Edouard se sentait lui-même concerné par les effets de cette crise sanitaire. Il a perdu un ami du Covid-19. Il a aussi dans sa famille et parmi ses proches des soignants. Alors pour eux, il a décidé de lancer "la cagnotte des héros" et de se remettre aux fourneaux .


Pour l’instant, l’appel a permis de récolter quelques centaines d’euros, de quoi préparer déjà une trentaine de repas qui seront livrés, samedi prochain, au personnel soignant. Un premier pas.
La cagnotte reste ouverte jusqu’à la fin du confinement, pour permettre de servir, du moins Fabrice Jean-Baptiste Edouard le souhaite, encore plus de repas aux soignants, mais aussi aux pompiers de la caserne, tout proche de son restaurant.
 

L'espoir de rouvrir son restaurant 

La suite, il y pense sans vraiment savoir de quoi demain sera fait pour son restaurant. Il aimerait pouvoir rouvrir le plus rapidement possible, quitte à diviser par deux le nombre de tables de son établissement pour respecter la distanciation sociale. Il veut aussi se lancer dans la vente de plats à emporter, en espérant que cela suffise pour permettre, à son restaurant, ouvert il y a tout juste un an, de dépasser cette crise.