Coupe de France : que s'est-il vraiment passé en marge du match Jumeaux Mzouasia de Mayotte – CS Plédran samedi ?

football
Coupe de France
©Outre-mer la 1ère
Des incidents ont éclaté en marge du match entre Bretons et Mahorais lors du 7e tour de la Coupe de France, entrainant une interruption de plus de 30 minutes. Le président du club breton refuse de parler de "bagarres". Il évoque deux actes isolés par des individus qui ont tenté de gâcher la fête.

"Il n'y a pas eu de bagarres ni de violences, on a juste affaire à deux abrutis." Le président du club de Plédran revient lundi sur les événements qui ont accompagné le match du 7e tour de Coupe de France qui opposait samedi 13 novembre les Bretons du CS Plédran aux Mahorais des Jumeaux Mzouasia.

Deux personnes originaires de Mayotte ont été interpelées, a confirmé la police. Jean-Luc Moriceau parle d'actes isolés et tient à souligner la bonne ambiance générale qui a régné entre les supporters des clubs séparés par deux divisions. Les Jumeaux de Mzouasia se sont imposés cinq buts à un. 

Le déroulement des événements

A la 27e minute, alors que les joueurs de Mayotte qui évoluent en Régional 1 ouvrent le score (0-1), un individu tente de s'introduire sur le terrain depuis les tribunes. "La sécurité intervient et fait son travail", explique le président du club breton. Contactés pas Outre-mer la 1ère, les policiers évoquent une "ivresse publique manifeste" qui vaut au fauteur de toubles d'être retenu quelques heures au commissariat. 

La rencontre se poursuit, et le CS Plédran (Régional 3) encaisse trois buts supplémentaires (0-4). "Durant le match, les Mahorais sont supérieurs à nous", reconnait le président du club breton qui assiste au match derrière le banc de son équipe. Face à lui, en tribune, un mouvement de foule a lieu vers la 65e minute. Cinq minutes plus tard, l'arbitre décide d'interrompre la rencontre. Aucun incident n'a lieu sur le terrain, mais le délégué du match veut s'assurer de la sécurité des supporters.

Garde à vue

D'après Jean-Luc Moriceau, un spectateur venait d'arracher l'un des drapeaux déployés par les Bretons pour soutenir leur équipe. "Cette personne est mahoraise, mais n'a rien à voir avec le groupe de supporters mahorais. A chaque fois, ce sont des individus qui n'ont rien à voir avec le football", insiste-t-il.

"Des Mahorais s'interposent et cherchent à évacuer cette personne qui devient un danger pour le match. Il n'y a pas de bagarres." Evacué du stade, l'individu est finalement interpelé par la police et placé en garde à vue. Les forces de l'ordre confirment qu'il s'agit d'une personne d'origine mahoraise et qu'elle a été relâchée dimanche. 

Hospitalisation

Après 36 minutes d'interruption et de longues discussions, le délégué du match décide de la reprise de la rencontre. Mais entre temps, une supportrice bretonne de 17 ans a été blessée, "suite au mouvement de panique dans la tribune""Elle a été hospitalisée à Lannion, humérus cassé", détaille Jean-Luc Moriceau. "Deux jeunes hommes ont également été légèrement blessés", selon le président du club qui affirme qu'il va porter plainte "demain ou après-demain"

"Tout ce qui s'est passé est en dehors du sport", conclut le président de Plédran. Au terme de la rencontre, les équipes et leurs encadrements ont passé un moment "chaleureux ensemble" au foyer du stade briochin. "On est invités chez eux à Bouéni. Il est possible que j'organise un match amical là-bas".

En attendant, les Mahorais de Mzouasia poursuivent leur aventure en Coupe de France. Ils rencontrent samedi 20 novembre le Plancoët-Arguenon Football-Club au 8e tour.