publicité

Coupe du monde : Thierry Henry entraîneur adjoint de la Belgique

Thierry Henry est de retour en Coupe du monde. L’Antillais est le second entraîneur adjoint de l’équipe de Belgique. Une recrue qui s’avère précieuse par son aura et son vécu.

© Bruno Fahy / AFP
© Bruno Fahy / AFP
  • Par Sabrina Soualmia
  • Publié le , mis à jour le
Âgé aujourd’hui de 40 ans, Thierry Henry a souhaité passé un nouveau cap dans sa carrière. Depuis deux ans, le champion du monde 98 a intégré le staff de l’équipe belge en tant qu'entraîneur adjoint.


Thierry Henry un mentor discret mais efficace

Une décision qui en a surpris plus d’un au départ. Plutôt discret, voire effacé, l’Antillais s’exprime peu sur son rôle au sein de la sélection.
"Moi, je suis T3, (c’est-à-dire deuxième adjoint du sélectionneur Roberto Martinez) voilà où je suis à l'heure actuelle. Que vais-je faire plus tard... ? Je n'y pense pas. J'essaye d'avancer petit à petit."

Pourtant, l’apport de l’ancien attaquant dans le secteur offensif est indéniable." Avoir un quelqu’un qui a une telle expérience, qui a gagné la Coupe du monde, le championnat d’Europe, cela nous donne une orientation. Il est très important dans le staff. Il apporte cet esprit de la gagne dans le groupe et c’est essentiel," souligne Roberto Martinez, le sélectionneur des Diables rouges.

" C’est l’effet Thierry Henry. Les joueurs en sont tous fans. Tout le monde l’écoute attentivement et ça se passe bien," renchérit le défenseur belge, Thomas Meunier. 


"Entraîneur, ça s'apprend"

© Laurie Dieffembacq
© Laurie Dieffembacq
Depuis sa nomination en 2016, Thierry Henry est en charge du secteur offensif. En deux ans, l’équipe belge a beaucoup progressé dans ce domaine. La Belgique a terminé meilleure attaque des qualifications de la Coupe du monde avec 43 buts marqués. Et lors de son entrée en lice dans ce mondial, les Diables rouge ont infligé un cuisant 3 à 0 au Panama.

Pointilleux et compétiteur, Thierry Henry ne souhaite pas pour autant brûler les étapes. Il est là pour apprendre. "Être entraîneur ? Un jour, oui. Mais dans les règles de l'art. Ça s'apprend. J'apprends énormément à l'heure actuelle avec l'équipe de Belgique et Roberto Martinez."

L’ex-international se donne le temps de la réflexion. Il décidera de son avenir après la Coupe du monde. Pour Thierry Henry, le football est avant tout une passion. L’intégralité de son salaire mensuel en tant qu’entraîneur adjoint (8000 euros) est versé à des œuvres caritatives. 1 529 744 150

Axel Witesel, l’autre ultramarin de la sélection belge
D’origine martiniquaise par son père, Axel Witsel évolue au sein de la sélection belge depuis 2008. Le milieu de terrain est l’un des joueurs les plus capés avec 90 sélections à son actif. Il est l’un des éléments-clés de cette équipe.

"Non, non, ce ne sera pas mon dernier Mondial. Je n'ai que 29 ans. J'ai encore, disons, six belles années devant moi, j'espère". Le footballeur évolue dans le championnat chinois au sein du club Tianjin Quanjian depuis une saison.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play