Covid-19: déconfinement plus lent qu'annoncé dans l'Hexagone, pas de couvre-feu dans les Outre-mer

coronavirus
Castex
©FTV

Jean Castex annonce que le déconfinement dans l'Hexagone sera plus lent que prévu car la deuxième vague du virus n'est pas terminée. Les lieux culturels resteront fermés. Le 15 décembre, un couvre-feu sera mis en place à 20h dans l'Hexagone, pas dans les Outre-mer. 

"La deuxième vague de Covid-19 n'est pas terminée", a annoncé en préambule le ministre de la Santé Olivier Véran, tandis que le Premier ministre précisait que l'objectif fixé de moins de 5.000 nouveaux cas quotidiens dans l'Hexagone ne sera pas atteint au 15 décembre. Si le déconfinement annoncé pour le 15 décembre aura bien lieu, il sera plus lent qu'espéré. Ainsi, les établissements recevant du public (cinémas, théâtres, musées) seront fermés trois semaines supplémentaires. Dès le 15 décembre dans l'Hexagone un couvre-feu entrera en vigueur de 20h à 6h. Il sera levé pour le soir de Noël mais restera en vigueur pour le réveillon de la Saint-Sylvestre, le 31 décembre.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a précisé que le couvre-feu ne concernera pas les territoires ultramarins. Un seul territoire ultramarin, la Martinique, avait été placé en confinement début novembre, mais est désormais sous couvre-feu depuis mardi et pour seulement une semaine. Pour les déplacements vers les Outre-mer, les tests PCR restent obligatoires, a précisé le Premier ministre Jean Castex, qui indique que chaque territoire a des règles sanitaires spécifiques. 

Retrouvez ci-dessous l'intégralité de la conférence de presse du gouvernement, ce jeudi 10 décembre. 

Verbatim

►L'amélioration "marque le pas", "la partie est loin d'être gagnée", prévient d'emblée le Premier ministre.
►"Nous ne sommes pas encore sortis de la deuxième vague", poursuit le ministre de la Santé Olivier Véran.

►"Nous n'atteindrons pas les 5.000 cas quotidiens au 15 décembre", prévient Olivier Véran.

►Jean Castex : "Les établissements recevant du public dont nous avions envisagé la réouverture au 15 décembre resteront fermés 3 semaines de plus. Les conditions posées pour leur réouverture ne sont hélas pas réunies. Il s’agit principalement des cinémas, des théâtres, des salles de spectacle, des musées, mais aussi de l’accueil du public dans les enceintes sportives, dans les cirques, les parcs zoologiques ou encore les salles de jeux et les casinos."

►"Comme prévu, nous rétablirons un couvre-feu dès le 15 décembre, mais il sera durci par rapport à ce que nous vous avions annoncé : d’une part, il débutera dès 20 heures et non à 21 heures ; d’autre part, il sera strictement contrôlé avec des possibilités de dérogation limitées", annonce le Premier ministre.

►"Ce couvre-feu concernera aussi, contrairement à ce que nous avions envisagé initialement, le réveillon du 31 décembre.  Ce réveillon est en effet un moment particulièrement festif. Nous l’apprécions pour cela. Mais il concentre tous les ingrédients d’un rebond épidémique. Si la circulation avait continué de se réduire fortement, nous aurions pu assumer ce risque. Ce n’est pas le cas. Nous devons être raisonnables, respecter la règle du couvre-feu, rester chez soi le 31 décembre et suivre la recommandation d’un maximum de 6 adultes", annonce Jean Castex.

►Jean Castex : "La logique aurait probablement commandé de faire la même chose pour Noël. Mais Noël occupe une place à part dans nos vies et nos traditions. C’est un moment de rassemblement familial, où se retrouvent toutes les générations – enfants, parents, grands-parents -, un moment où se forgent les premiers grands souvenirs des plus petits. Nous autoriserons donc les déplacements pour la soirée du 24 décembre. Mais en vous rappelant la règle que je vous ai indiqué la semaine dernière : pas plus de 6 adultes à la fois. J’y ajoute une autre recommandation : si vous deviez retrouver au cours des prochaines semaines, soit pour Noël, soit même un autre jour, une personne âgée ou vulnérable au coronavirus, limitez vos interactions au cours des 5 jours précédents, restez le plus possible chez vous."

►"Nous maintenons la fermeture des bars et des restaurants", précise encore Jean Castex.

►Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, précise que le couvre-feu qui entrera en vigueur à compter du 15 décembre, de 20 heures à 6 heures du matin, ne concernera pas les territoires ultramarins :

 

Pour les déplacements entre l'Hexagone et les Outre-mer, le Premier ministre indique que les tests PCR restent obligatoires et invitent chaque personne concernée à se renseigner sur les règles sanitaires propres à chaque territoire :

Jean Castex : pour les déplacements vers l'Outre-mer, "les tests PCR restent obligatoires". Mais chaque territoire a des règles propres

 

Quelle situation Outre-mer ?

Selon le dernier bulletin hebdomadaire de Santé Publique France, publié le 3 décembre, la situation dans les Outre-mer est moins préoccupante que dans l'Hexagone. Voici la synthèse de Santé Publique France :

À Saint-Martin, les indicateurs étaient en hausse en avec un taux d’incidence de 125/100 000 habitants (74/100 000 habitants la semaine précédente) et un taux de positivité de 18,3% (vs 10,2%).

En Guyane, le taux d’incidence était stable  (57/100 000 habitants) par rapport à la semaine précédente (55/100 000 habitants), et le taux de positivité était en diminution (7,1% contre 7,7%).

En Guadeloupe, les indicateurs étaient en diminution : le taux d’incidence était de 18/100 000 habitants (contre 28/100 000 habitants la semaine précédente) et le taux de positivité était de 5,1% (vs 7% en S47).

En Martinique, les indicateurs étaient en diminution, avec un taux d’incidence de 28/100 000 habitants (contre 57 une semaine auparavant) et un taux de positivité de 4,9% (8,2%).

À Mayotte, les indicateurs étaient en diminution : le taux d’incidence était de 39/100 000 habitants (54 la semaine précédente) et le taux de positivité de 9,6% (10,8%).

À La Réunion, les indicateurs étaient en diminution : le taux d’incidence était de 38/100 000 habitants (67 la semaine précédente) et le taux de positivité de 4,0% (5,7%).
 

Taux d'incidence par département
Taux d'incidence par département ©Santé Publique France