Covid-19 : les tests antigéniques arrivent (enfin) dans les aéroports parisiens

coronavirus
Tests antigéniques Orly
Les tests antigéniques sont désormais réalisés à l'aéroport d'Orly ©Jean-Michel Mazerolle
Le groupe ADP, gestionnaire des aéroports d’Orly et Roissy-Charles de Gaulle, ouvre enfin ses propres centres de dépistage du coronavirus à Orly, puis à Roissy. Priorité sera donnée aux passagers à destination des territoires d’Outre-mer.
Le premier centre de dépistage équipé de tests antigéniques (des tests rapides permettant d'obtenir un résultat en quelques minutes) ouvre vendredi 6 novembre 2020, à Paris-Orly. Pas encore de date précise pour Roissy-Charles de Gaulle. C’est un laboratoire du réseau Cerballiance qui effectuera les tests, RT-PCR et antigéniques, uniquement sur rendez-vous.
 

Quelles modalités ?

Il aura fallu 20 jours entre l’annonce du ministre des transports sur la mise en place de tests antigéniques dans les aéroports et la mise en œuvre opérationnelle du centre de dépistage du Groupe ADP au sein de l’aéroport de Paris-Orly. Situé dans le Hall 1, au niveau des arrivées / livraison bagages, il sera ouvert de 7h à 17h, du lundi au samedi et de 7h à 12 h le dimanche.

Mais attention, les modalités de fonctionnement seront beaucoup plus contraignantes que l’autre centre de dépistage de la Covid-19 mis en place depuis août dernier au sein du Hall 4 par les compagnies Air France, Air Caraïbes, Corsair & French Bee. Pour bénéficier d’un test RT-PCR ou antigénique, les passagers devront impérativement prendre rendez-vous sur le site doctolib.fr.

Les tests antigéniques seront réalisés uniquement le matin de 7h à 11h avec des résultats garantis entre 1h et 2 h, selon le groupe ADP. Les tests RT-PCR seront quant à eux réalisés l’après-midi avec une garantie de résultat sous 48H.
 

Une marge nécessaire

Par conséquent, les passagers désirant se faire dépister via la méthode antigénique, devront calculer un délai supplémentaire de présence sur le site de l’aéroport en cas de départ dans la journée, au minimum 2 heures de plus avant de pouvoir ensuite commencer les opérations d’enregistrement, de passage sous douane puis d’embarquement.

Les modalités seront les mêmes pour les passagers à destination des Outre-mer depuis la plateforme aéroportuaire de Roissy-Charles de Gaulle quand ouvrira l’autre centre de dépistage du groupe ADP, sans doute aux alentours du 14 novembre prochain.

Seuls les passagers munis de leur billet d’avion pourront bénéficier des prestations de ces deux centres de dépistage du coronavirus.


Pourquoi deux heures de délai ?

Le délai annoncé de 2 heures pour obtenir les résultats d’un test antigénique – contre 30 minutes en général dans une pharmacie – est lié aux démarches administratives qui doivent être réalisées sur place. « C’est pour éviter tout risque de précipitation ensuite dans le processus d’enregistrement et d’embarquement en cas de retard lors des tests », nous précise la direction de la communication de l’aéroport de Paris-Orly.

Les tests antigéniques et RT-PCR restent pour l’heure pris en charge par l’Assurance maladie.
 

Faciliter le fonctionnement au quotidien

La mise en place de ce deuxième centre de dépistage à Orly est une bonne nouvelle pour les voyageurs à destination des outre-mer et des compagnies aériennes qui desservent ces territoires. Les interminables files d’attentes dans le hall 4 de l’aérogare d’Orly occasionnaient par moment des tensions entre passagers et personnels des compagnies aériennes. Les passagers auront donc désormais plus de possibilité de se faire dépister et, par conséquent, plus de chances de pouvoir prendre leur vol en temps et en heure, ce qui était un des problèmes majeurs jusqu’alors avec pour conséquence des retards, des annulations de vols et les problèmes de remboursements des billets d’avion. Un vrai casse-tête en moins également pour les compagnies aériennes qui devraient être plus à même, avec ce deuxième centre de dépistage, de gérer le remplissage de leurs avions au jour le jour et diminuer les retards des appareils au décollage.

Pour autant, les autorités sanitaires et aéroportuaires conseillent aux passagers de privilégier en priorité les tests RT-PCR en amont du départ en voyage dans les centres de dépistage en ville, histoire encore une fois, de ne pas surcharger les centres de dépistage au sein des plateformes aéroportuaires, surtout en cette période d’explosion de la pandémie et de risque accru de contamination.



 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live