Crainte du coronavirus : deux paquebots refusés à Maré en Nouvelle-Calédonie

société
Coronavirus
©CAVALLINI JAMES / BSIP
Deux paquebots de croisière de la compagnie Carnival, en provenance de Sydney en Australie, n'ont pu faire escale, samedi et dimanche, sur Maré, une des îles Loyauté, en Nouvelle-Calédonie, sous la pression d'habitants craignant une introduction du coronavirus.
Des banderoles évoquant le risque sanitaire avaient été déployées sur cette île de Nouvelle-Calédonie, territoire français dans l'océan Pacifique, quelques jours avant la venue des bateaux. "Par mesure de précaution", et après discussions avec les autorités coutumières kanak, la société chargée de l'accueil, Nengone Croisières, a décidé de suspendre les deux escales. La mesure court sur toute la semaine.

Ce mouvement a été déclenché par "des jeunes" de l'île de près de 6 000 habitants, a indiqué le maire de Maré Pierre Ngaiohni. Ce refus temporaire des croisiéristes a une incidence sur l'économie, pour les "stands près de la plage et l'activité des transporteurs", a-t-il ajouté.
  

Des dispositifs spécifiques mis en place

Fin janvier, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie avait annoncé avoir renforcé la sécurité sanitaire dans le secteur des bateaux de croisière. Les compagnies de croisières "ne pourront débarquer aucun touriste sur le sol calédonien dès lors qu'elles auront identifié un ou plusieurs cas suspects de coronavirus à bord de leur navire", avait-il annoncé. Quelques jours plus tôt, un vol charter de touristes en provenance de Chine avait été annulé officiellement pour des raisons d'obtention d'autorisations.

Des mesures de protection ont été prises "aux points d'entrée internationaux" comme "l'aéroport de La Tontouta (à 50 kilomètres de Nouméa) et les ports maritimes (croisières, minéraliers, etc.)" dès le début du mois de janvier.
           
Carnival représente 85% des escales de croisières en Nouvelle-Calédonie.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live