publicité

Le Cran a saisi le CSA après les propos de Yann Moix sur l'esclavage

Le Cran annonce, ce jeudi 30 novembre, qu'il a saisi le président du CSA suite aux propos du chroniqueur et essayiste Yann Moix sur l'esclavage. C'est lors de l'émission "On est pas couché", samedi dernier, avec Laurent Ruquier.

Le Cran a saisi le CSA suite aux propos de Yann Moix sur l'esclavage dans l'émission "On est pas couché". © CAPTURE D'ECRAN
© CAPTURE D'ECRAN Le Cran a saisi le CSA suite aux propos de Yann Moix sur l'esclavage dans l'émission "On est pas couché".
  • La1ère.fr
  • Publié le
"Des propos haineux et méprisants". C'est ainsi que le Cran, Conseil des institutions noires de France, qualifie les propos tenus par Yann Moix, sur l'esclavage, samedi dernier, dans l'émission "On est pas couché" avec Laurent Ruquier. L'essayiste et chroniqueur a déclaré sur le plateau :

"Le problème quand le passé dépend du présent, c'est qu'il y a forcément des anachronismes et qu'on va de ce fait aller voir des crimes contre l'humanité chez Colbert, on va aller voir des crimes contre l'humanité chez Napoléon, ce qui est absolument débilissime, dans la mesure où c'est un concept moderne inventé à Nuremberg."


"L'histoire est tiraillée entre le présent depuis lequel elle fait sens parce qu'elle doit ressembler à la société, et en même temps l'anachronisme qui la fait rendre aberrante quand on lui pose des systèmes de pensée qui n'existaient pas il y a deux cents ans."


Retrouvez ici l'extrait de l'émission : 

Colbert et Napoléon

Selon le porte-parole du Cran, Louis-George Tin, dans ses propos Yann Moix visait "la campagne menée par le Cran à propos de Colbert et de Napoléon".

Le Cran mène en effet une campagne pour que les établissements scolaires ne portent plus le nom de Colbert, au motif qu'il a "jeté les fondements du Code noir", et qu'il il a fondé la Compagnie des Indes occidentales, "compagnie négrière de sinistre mémoire".

Dans un communiqué, le Cran rappelle "que l’esclavage a été reconnu comme crime contre l’Humanité par le droit international en 2001. La même année, la loi Taubira, votée à l’unanimité par le Parlement français, reconnaissait également l’esclavage comme crime contre l’humanité. Par conséquent, Colbert qui a créé la Compagnie des Indes et légalisé l’esclavage colonial est un criminel, et Napoléon qui l’a rétabli, l’est tout autant. Contester cette évidence, c’est s’opposer à la loi Taubira, c’est s’opposer au droit international, c’est défendre une vision révisionniste de l’Histoire".

Des sanctions

Toujours dans ce communiqué (à retrouver en cliquant ici) Louis-George Tin réfute toutes accusations d'anachronisme et "demande au CSA de recadrer et de sanctionner sévèrement le producteur de l'émission, car on ne peut laisser ainsi proférer et proliférer à l'antenne, qui plus est sur le service public, des propos qui laissent à penser que 'black lives don't matter'."

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play