Crash de la Yemenia en 2009: la compagnie sera jugée en France

transports
Yemenia Manifestation
Manifestation à Marseille des familles des victimes de la Yéménia en 2013 ©Bertrand Langlois/AFP

Les juges d'instruction parisiens chargés de l'enquête sur le crash d'un Airbus A310 de Yemenia Airways au large des Comores qui avait fait 152 morts en juin 2009 ont ordonné un procès en correctionnelle pour la compagnie aérienne. 

Dans leur ordonnance datée du 6 novembre, Yemenia Airways est renvoyée pour "homicides involontaires et blessures involontaires ayant entraîné une incapacité totale de travail de plus de trois mois", a indiqué à l'AFP une source judiciaire, confirmant une information donnée par l'Association des familles des victimes de la catastrophe aérienne (AFVCA).

Rappel des faits

Dans la nuit du 29 au 30 juin 2009, un Airbus A310-300 qui effectuait la dernière partie d’un vol entre Paris, Marseille, Sanaa au Yemen et l'aéroport international Prince Saïd Ibrahim de Moroni aux Comores s’abîme dans l'océan Indien à huit miles (environ 15 km) de Mitsamiouli, Grande Comore : 152 personnes trouvent la mort. Bahia Bakari, seule rescapée de ce crash, est considérée comme une "miraculée". Dix ans après, les familles attendent toujours un dédommagement. 

Le crash

Un grand nombre de passagers avaient d'abord emprunté un A310 qui assurait le vol Yemenia 749, parti le 29 juin 2009 à 8h55 de l'aéroport Charles de Gaulle, à Paris, pour se rendre, via Marseille, à Sanaa, au Yémen, où ils avaient embarqué à bord de l'A310 assurant le vol IY626, dont l'arrivée à Moroni était prévue à 2h30 locales (22h30 UTC).

Une seule survivante


A 01h50 (heure locale), alors que l’avion amorce sa descente et prépare son atterrissage pour atterrir à l’aéroport de Moroni, il disparaît des écrans radars et tombe dans l’océan Indien. La seule survivante est une jeune fille de 12 ans, Bahia Bakari, qui voyageait en compagnie de sa mère, décédée dans le crash. L'adolescente s'est agrippée à un des gros débris qui flottaient sur l'océan. Elle n'avait pas de gilet de sauvetage. Neuf heures après le crash, elle a été retrouvée par des pêcheurs qui s'étaient portés au secours des disparus. Le bateau qui les transportait a accosté au Port Moroni à 19h25 heure des Comores, d'où Bahia a été menée à l'hôpital local. L’adolescente souffre d’une fracture de la clavicule et de brûlures au genou.