outre-mer
territoire

Crise au Cachemire: l'Inde et le Pakistan affirment chacun de leur côté avoir abattu des avions ennemis

monde
Cachemire: l'Inde dit avoir abattu un avion pakistanais, un avion indien abattu par le Pakistan
©STR / AFP
La situation s'embrase au Cachemire, cette région himalayenne que l'Inde et le Pakistan se disputent. Les tensions se sont envenimées depuis un attentat suicide au Cachemire indien, qui a tué environ 40 paramilitaires le 14 février, perpétré par un groupe islamiste basé au Pakistan.
 

Les forces armées pakistanaises indiquent avoir abattu deux avions indiens dans l'espace aérien pakistanais et arrêté deux pilotes indiens, dont l'un d'eux a été conduit à l'hôpital.

New Delhi a de son côté annoncé, peu après, avoir abattu un avion pakistanais au Cachemire, tandis que l'armée indienne a elle-même "perdu un Mig-21". "Le pilote est disparu au combat. Le Pakistan clame qu'il le détient", a déclaré Raveesh Kumar, porte-parole du ministère des Affaires étrangères indien, lors d'un point presse à New Delhi. La télévision et la radio publiques pakistanaises ont publié mercredi une vidéo montrant selon elles un pilote indien capturé après que son avion de chasse a été abattu dans l'espace aérien pakistanais. Deux sources sécuritaires pakistanaises ont confirmé à l'AFP l'authenticité de la vidéo.

Nombreux vols commerciaux annulés ou déviés

Flightradar24
©Capture

Le Pakistan va fermer son espace aérien "jusqu'à nouvel ordre", a indiqué mercredi l'Autorité de l'aviation civile (CAA). La carte de suivi des vols en direct Flightradar24 montrait mercredi à 11H00 GMT que l'espace aérien au-dessus du Pakistan était presque vierge d'avions, de même qu'un long couloir côté indien le long de la frontière avec le Pakistan.

L'Inde a fermé pendant plusieurs heures neuf aéroports du nord du pays en raison de la situation au Cachemire mais les a rouverts dans le courant de l'après-midi, a rapporté l'agence Press Trust of India.

Une nuit d'horreur     

Contactés par l'AFP, des villageois résidant le long de la ligne de cessez-le-feu au Cachemire ont décrit d'intenses échanges d'artillerie entre armées indienne et pakistanaise dans plusieurs secteurs dans la nuit de mardi à mercredi. Les tirs d'obus de part et d'autre de la frontière de facto sont récurrents dans cette zone parmi les plus militarisées au monde.
    

Nous avons passé la nuit dans l'horreur la plus totale. Les obus n'ont pas atterri dans le village mais des avions de chasse continuent de voler au-dessus de nous
Tariq, un habitant du village de Kamalkote, côté indien.

 

Versions contradictoires 

Les événements se précipitent dans la région depuis que l'armée indienne a assuré mardi avoir mené un raid contre un camp d'entraînement au Pakistan du groupe islamiste Jaish-e-Mohammed (JeM), très actif dans la lutte armée contre New Delhi dans la vallée de Srinagar, disant y avoir tué "un très grand nombre" de combattants. Islamabad avait aussitôt dénoncé une "agression intempestive" et promis d'y répondre "à l'heure et à l'endroit de son choix"
    
New Delhi a expliqué son action de mardi par le fait que le groupe insurgé Jaish-e-Mohammed, qui avait revendiqué l'attentat suicide au Cachemire indien ayant provoqué la mort d'au moins 40 paramilitaires indiens le 14 février, préparait de nouveaux attentats en Inde.
    
L'Inde affirme avoir frappé un camp d'entraînement de l'organisation islamiste situé à Balakot, ville du nord-est pakistanais tout près de la région disputée du Cachemire. Le Pakistan nie le déroulé de la "frappe" et fait seulement état d'une incursion d'avions indiens dans son espace aérien, qui auraient largué une charge utile qui n'aurait fait ni dégâts, ni victimes selon cette version.
    
Le gouvernement indien avait toutefois essayé de limiter le risque d'escalade indo-pakistanaise en présentant cette frappe comme "préventive" et "non militaire".
    
Le Premier ministre Narendra Modi, qui cultive son image d'homme fort et briguera au printemps un second mandat, était sous pression de son opinion publique de venger l'attentat contre les paramilitaires au Cachemire indien.


La France appelle Inde et Pakistan à la "désescalade"

La France a appelé mercredi l'Inde et le Pakistan à la "désescalade" au Cachemire où la tension s'est aggravée au cours des dernières heures, dans une déclaration d'un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

"La France est préoccupée par la dégradation de la situation. Elle appelle le Pakistan et l'Inde à la désescalade", a affirmé le porte-parole, en faisant état "des opérations militaires (s'étant) déroulées" mercredi matin "à la frontière indo-pakistanaise".
    
"Le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères suit de près la situation", a-t-il ajouté, en précisant que les ambassades de France en Inde et au Pakistan étaient "mobilisées au service" des ressortissants français.




 
Publicité