"Décolonisations, du sang et des larmes" : le documentaire pour regarder cette histoire en face

société
doc décolonisations
©FTV
Le documentaire Décolonisation: du sang et des larmes a été diffusé ce mardi 6 octobre sur France 2. Cette oeuvre en deux parties de Pascal Blanchard et David Korn-Brzoza est racontée dans la voix du Martiniquais Lucien Jean-Baptiste. 
Des images d’archives colorisées plus vivantes que jamais. Des extraits parfois inédits pour lever le voile sur cette partie de l’histoire de France, longtemps restée tabou. C’est l’objectif du documentaire Décolonisations: du sang et des larmes de l’historien Pascal Blanchard et du réalisateur David Korn-Brzoza. Ce documentaire en deux parties a été diffusé ce mardi 6 octobre sur France 2, suivi d’une soirée débat. Il est raconté dans la voix de l'acteur et réalisateur martiniquais Lucien Jean-Baptiste. Il est désormais disponible en replay
 
 

La place des Outre-mer

Pour Pascal Blanchard, spécialiste de l'histoire coloniale, il fallait impérativement raconter l'histoire des indépendances dans sa globalité. Il l'explique à Outre-mer la 1ère :  "Et quand je dis dans sa globalité, c'est aussi en intégrant totalement les Outre-mer. Pour nous, cette histoire a justement été mise de côté des histoires des indépendances, de cette longue histoire qui dure près de 25 ans. Quand on plonge dans le documentaire, on découvre que la Polynésie, les Antilles ou la Guyane ont complètement vécu ces instants-là avec des tensions politiques, avec des récits, avec des combats, avec de l'engagement. Et cette histoire est tout autant la leur. Mais elle n'est jamais racontée."
 

C'est la plus longue guerre de la France au XXe siècle, ce que tout le monde oublie, 25 ans de conflit. C'est une histoire majeure qui nous fait passer du temps d'avant au temps d'aujourd'hui. 

Pascal Blanchard, historien


Des archives et témoignages exceptionnels

Pour ce documentaire, Pascal Blanchard et David Korn-Brzoza ont réalisé près de 1.200 heures de visonnage. Si certaines images sont très connues, le public pourra découvrir des images inédites.

Les deux hommes laissent surtout la parole à des témoins. Dans ces trois heures de documentaire en deux parties, il n'y a pas d'experts, uniquement des personnes qui ont vécu ces histoires et leurs descendants. L'universitaure Françoise Vergès revient sur le combat de son père, Paul Vergès, indépendantiste à La Réunion. La Martiniquaise Audrey Pulvar évoque le Bumidom, ce système mis en place pour faire venir de la main d'oeuvre ultramarine dans l'Hexagone.

Il y aussi l'émition palpable du Guadeloupéen Lilian Thuram lorsqu'il évoque les émeutes en mai 1967 à Pointe-à-Pitre, quand des ouvriers du bâtiment ont réclamé une augmentation de salaires. Ils ont été tués par les autorités.
 
 

La voix de Lucien Jean-Baptiste

En toile de fond de ce documentaire, il y a aussi la voix grave de l'acteur et réalisateur martiniquais Lucien Jean-Baptiste. Contacté par Outre-mer la 1ère, il explique : "J'étais hyper motivé, hyper intéressé par le sujet parce qu'effectivement ce sont des histoires qu'on ne connait pas, qu'on ne connait pas bien. Et évidemment en tant que Martiniquais, j'étais complètement impliqué, investi dans cette aventure."
 

Et je ne vous cacherai pas qu'une fois l'enregistrement terminé, j'ai craqué parce que je me suis rendu compte de toutes ces larmes et de tout ce sang. Forcément ma mère a dû connaitre ces larmes en quittant sa Martinique avec le Bumidom, j'ai forcément des ancêtres qui ont dû connaître le sang sous le fouet des colons.

Lucien Jean-Baptiste, acteur et réalisateur martiniquais

 

Libérer la parole dans les familles

L'historien Pascal Blanchard espère que ce documentaire pourra aider à rendre cette histoire moins taboue. "Au final c'est 17% de l'Empire qui sera conservée par la République française. Ce n'est pas rien. Et quand on voit des territoires notamment maritimes comme la Polynésie, les Antilles, La Guyane ou encore la Nouvelle-Calédonie... ce week-end encore, il y avait un référendum ! Donc cette histoire est à la fois loin et proche."
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live