outre-mer
territoire

Dengvaxia: le vaccin controversé de Sanofi contre la dengue

santé
Vaccin contre la dengue
IMAGE D'ILLUSTRATION ©DELOCHE / BSIP
L’information fait la Une du journal Le Monde daté du mercredi 7 mars 2018. Les Philippines ont suspendu une vaste campagne de vaccination contre la dengue. Le Dengvaxia, le vaccin du groupe français Sanofi, pourrait dans certains cas aggraver la maladie.
Quatorze décès sont-ils liés à la prise du vaccin Dengvaxia aux Philippines? La question taraude les autorités du pays. En décembre 2017, Manille a suspendu la campagne de vaccination à grande échelle lancée en 2016 contre la dengue. La justice philippine a engagé des poursuites contre Sanofi, le laboratoire pharmaceutique français. Les autorités judiciaires réclament une compensation financière - près de 65 300 euros - pour les parents d’une fillette de 10 ans. L’enfant est morte après avoir reçu une dose de Dengvaxia.

L'Etat philippin demande des compensations

L’Etat philippin de son côté réclame à Sanofi le remboursement de quelques 60 millions d’euros, soit l’intégralité des sommes investies dans le programme de vaccination, le premier du genre au monde. Plus de 800 000 enfants sont concernés.

Le groupe français rejette les accusations et nie tout lien entre ces décès et le vaccin. Il reconnaît cependant que le Dengvaxia pourrait aggraver la maladie chez les personnes jamais infectées auparavant. Sanofi avait expliqué que le vaccin apportait "un effet protecteur persistant contre la dengue aux individus déjà infectés par le passé". Mais pour les autres, "davantage de cas sévères de dengue pourraient être observés en cas d'exposition au virus" après vaccination.

Cette annonce a soulevé beaucoup d'inquiétude aux Philippines, où la maladie transmise par des moustiques est très prévalente, en particulier chez les parents des enfants vaccinés lors de la campagne publique.

Plus de 1.000 personnes sont mortes de la dengue en 2016 sur 211.000 cas, selon le gouvernement.

Premier vaccin au monde

Premier vaccin contre la dengue autorisé au monde, le dengvaxia nourrissait de nombreux espoirs. Lancé fin 2015 par le laboratoire français Sanofi, le vaccin était présenté comme un outil de prévention efficace contre cette maladie tropicale. Transmise par les moustiques, l’infection virale est le plus souvent bénigne mais des formes sévères peuvent survenir. 390 millions de personnes sont infectées par an. 

L'affaire pourrait sonner le glas commercial de ce vaccin, seulement autorisé dans 19 pays et commercialisé dans 11 pays. Seuls les Philippines et l'Etat du Parana du Brésil ont lancé des campagnes de vaccination.
Les outre-mer français ne sont pas concernés
Impossible de vacciner les populations de Guadeloupe, Martinique et Guyane pourtant touchées par la dengue. Le vaccin Dengvaxia autorisé jusqu’en décembre aux Philippines ne l’est pas dans ces régions d’outre-mer français. L’agence européenne du médicament n’a pas donné d’autorisation de mise sur le marché.
Publicité