outre-mer
territoire

Le député Gabriel Serville interpelle le gouvernement sur la venue de Marine Le Pen en Guyane

politique
A l'Assemblée
Gabriel Serville et Ericka Bareigts. ©Capture d'écran
A l'Assemblée, le député Gabriel Serville, a interpellé le gouvernement sur sa politique en Guyane, en matière de sécurité notamment. Alors que Marine Le Pen sera en visite dans le département du 15 au 18 décembre, Gabriel Serville craint que les idées du FN trouvent un écho auprès des Guyanais.
"Ceci n'est pas une question, mais un cri d'alerte". C'est par ces mots que le député de Guyane a conclu son intervention à l'Assemblée Nationale ce mercredi 14 décembre. Gabriel Serville a interpellé la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts sur la politique du gouvernement en Guyane, notamment en matière de sécurité. "La Guyane est au bord de l'implosion" a-t-il prévenu.
 

Ne pas laisser de place au FN

Gabriel Serville a déploré le fait que le Pacte d'avenir en Guyane n'ait pas encore été signé. "Ne pas signer le Pacte, serait faire la litière des discours nauséeux et populistes du FN. Face au vide, c'est la présidente du Front National qui va tenter de répondre aux attentes" des Guyanais, a prévenu le député. "Il est de notre responsabilité collective de ne laisser aucune place aux idéologies du Front National qui prônent le repli sur soi", a poursuivi Gabriel Serville. Du 15 au 18 décembre prochain, Marine Le Pen, sera en visite en Guyane et le député craint que les propos de la présidente du FN ne séduisent les Guyanais. 
 
Ci-dessous l'intervention de Gabriel Serville et la réponse de la ministre :
 


La réponse d'Ericka Bareigts

Dans sa réponse, Erick Bareigts, a rappelé qu'elle souhaitait que le "Pacte d'avenir en Guyane soit signé et mis en œuvre dès que possible" pour le développement du département. Elle a annoncé qu'une fois le pacte signé, elle irait elle-même le présenter en Guyane.

"Je mesure pleinement l'urgence à laquelle vous faite allusion" a-t-elle déclaré. Et de conclure : " l'Etat se tient aux cotés des Guyanais et nous devons ensemble lutter contre le populisme". 
Publicité