Des trésors kanak au dernier Lucky Luke : les sorties de la semaine (30/10/20)

sorties de la semaine
Les sorties de la semaine 30/10/20
Des trésors kanak au Quai Branly, le dernier Lucky Luke, d'autres BD sur l'affaire du chlordécone et sur les engagés vietnamiens en Nouvelle-Caédonie; un livre sur les femmes noires qui se sont battues pour leur émancipation, et le clip de Wakanza : voici l'actualité de la semaine (30/10/20). 

Expositions

Carnets kanak. Voyage en inventaire de Roger Boulay (Musée du Quai Branly, du 3 novembre au 7 février 2021). Le projet remonte à 1979. L’objectif consistait à savoir où se trouvaient les collections, dans quel état, et les représentations qu’elles renvoyaient du monde kanak. Pour ce faire, à l’occasion de ses périples dans les musées du monde entier, l'ethnologue Roger Boulay dessinait, renseignait, inventoriait, photographiait ces objets. Parmi les 20 000 collectés depuis 30 ans, 6 000 objets ont été retenus pour leurs intérêts symbolique, historique ou plastique. Ces croquis et ces aquarelles constituent des pages d’histoire et de mémoire indispensables de la culture kanak.
Carnets Kanak au Quai Branly

BD

Lucky Luke : Un cow-boy dans le coton de Jul (scénario) et Achdé (dessin); édition Dargaud. C’est une petite révolution. Depuis le temps qu’il sillonne le Far West et qu’il régale petits et grands de ses aventures, Lucky Luke est accompagné, pour la première fois, d’un héros afro-américain, le marshall Bass Reeves. Un cow-boy dans le coton rend ainsi hommage à ces cavaliers noirs, absents de l’historiographie du Far West mais qui représentaient pourtant, c’est selon, entre 20 et 25% des vachers dans cette Amérique du XIXè. " C’est un sujet nécessaire. On s’est rendu compte de l’invisibilité totale des Noirs dans la BD " explique le scénariste Jul qui a proposé le thème à la maison d’édition. Et comme le cocktail gagnant est l’action, l’humour et les faits historiques, ce dernier Lucky Luke met en scène la ségrégation raciale avec le Ku Klux Klan. Et aussi un personnage qui a réellement existé, Bass Reeves, marshall adjoint qui s’est illustré, dans la deuxième moitié du XIXè, en arrêtant 3 000 hors-la-loi... Juste après la guerre de sécession, c’est en héritant d’une plantation de coton que Lucky Luke découvre l’esclavage. Il veut rendre la plantation aux ouvriers noirs, mais il en est empêché par les autres propriétaires blancs, et par le Ku Klux Klan. Heureusement, le marshall noir Bass Reeves l’aide dans son entreprise. Avec ce dernier opus, l’une des BD les plus vendues en Europe montre qu’elle évolue avec le monde qui lui ressemble.
Lucky Luke : un cow-boy dans le coton
Le reportage de C. Borgnon et M. Bulgarelli avec l'interview de Jul, le scénariste :

Tropiques Toxiques de Jessica Oublié et Nicola Gobbi (éditions Steinkis). Longtemps occulté, le scandale du chlordécone a fini par s’imposer dans l’espace public au tournant des années 2.000. Accusé d’augmenter le risque de prématurité et certainement celui du cancer de la prostate, le chlordécone est ce pesticide ultra-toxique utilisé pour lutter contre le charançon dans les bananeraies. Sa toxicité a conduit les Etats-Unis à l’interdire dès 1977, la France a suivi seulement en 1990. Avec Tropiques Toxiques, Jessica Oublié a remonté le temps pour comprendre le processus qui a conduit à ce scandale sanitaire. Deux ans de travail, près de 140 personnes interviewées et le choix de la BD comme média "car c’est un medium qui circule depuis les plus petits vers les plus grands et qui permet de partager des sujets complexes" : c’est la contribution utile de Jessica Oublié sur cette tragédie du chlordécone.
Tropiques Toxiques de Jessica Oublié et Nicola Gobbi

Regardez le reportage de N. Nonet et N. Bensmaïl lors de la présentation de l'ouvrage avec les auteurs :

Les engagés de Nouvelle-Calédonie (V4) de Clément Baloup (éditions boite à bulles). Jusqu’en 1945, en pleine période coloniale, des milliers de Vietnamiens se rendent en Nouvelle-Calédonie pour exploiter les mines de nickel dans des conditions désastreuses. Ils subissent le joug du code de l’indigénat. Beaucoup repartent, à l’exception d’environ un millier d’entre eux. Cette BD-reportage nous entraine dans le sillage de cette petite communauté de quelque 2200 membres. Communauté qui a su s’intégrer aux autres composantes de la population calédonienne, notamment par le biais des mariages mixtes et en étant très présente dans le commerce de détail.
Les engagés de Nouvelle-Calédonie de Clément Baloup

Livres

Des vies de combat de Audrey Célestine (éditions L’Iconoclaste). Elles sont anglaises, africaines, antillaises, afro-américaines. Dans Des vies de combat, Audrey Célestine dresse une galerie de portraits (une soixantaine) de femmes noires qui se sont battues pour devenir libres. Angela Davis, Rosa Parks, Joséphine Baker, Christiane Taubira, France Zobda sont quelques-unes de ces figures qui ont réussi à imprimer l’inconscient collectif. Mais derrière ces icones célèbres, il existe moult femmes noires, plus anonymes, dont le refus de la discrimination, de la ségrégation, et le goût de l’émancipation ont irrigué le combat incessant des femmes pour toujours plus de liberté. Audrey Célestine remonte à la fin du XIXè pour dénicher ses premières pionnières noires, certainement pour nous dire aussi que, comme Harriet Tubman, par exemple, qui aida de nombreux esclaves à s’échapper vers le nord des Etats-Unis(le fameux Underground Railroad), ces femmes ont écrit quelques pages de l’histoire de l’humanité contemporaine.
Des vies de combat d'Audrey Célestine

Clip

I’m so excited de Wakanza. Lorsqu’ils ont créé le groupe Wakanza, la chanteuse Caroline Loïal, le batteur Grégory Louis et le bassiste Mike Clinton souhaitaient partager et distribuer de la joie et de la bonne humeur. Voici leur dernière livraison pour vous aider à y parvenir.









 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live