Deux-Sèvres : selon sa famille, Noah, jeune mahorais de 17 ans, figure parmi les victimes de l’incendie de Bressuire

incendies
Les pompiers interviennent sur les lieux de l'incendie à Bressuire dans les Deux-Sèvres
Les pompiers interviennent sur les lieux de l'incendie à Bressuire dans les Deux-Sèvres ©Bruno Pillet - France 3 Poitou-Charentes
Dans la nuit de jeudi 7 à vendredi 8 juillet, un incendie a ravagé un immeuble à Bressuire (Deux-Sèvres). Pour l'heure, cinq corps ont été retrouvés. Tous n’ont pas été identifiés, mais parmi eux se trouve Noah, un jeune mahorais-comorien âgé de 17 ans, selon sa famille. Encore sous le choc, elle a accepté de témoigner à Outre-mer la 1ère.

Noah avait 17 ans et a perdu la vie dans l’incendie d’un immeuble à Bressuire (Deux-Sèvres), dans la nuit du 7 au 8 juillet. Peu avant 5h00, le feu s'est propagé dans le haut d'un immeuble du centre-ville, au 26 rue Maréchal Joffre. Quatre studios situés dans les combles ont été ravagés par les flammes ainsi que l'escalier qui y menait, le plancher du dernier étage et le toit.

Cinq corps ont été retrouvés dans les décombres et des identifications sont encore en cours, a précisé le parquet dans un communiqué. "Aucun autre corps n'a été détecté par l'exploration des lieux ou la modélisation de l'immeuble en trois dimensions, a expliqué le procureur de la République de Niort Julien Wattebled à l'AFP. D'ultimes vérifications vont toutefois être menées pour lever tout doute."

Famille Zarkachy (Mayotte)
L'ensemble de la famille mahoraise s'est retrouvée dans les Deux-Sèvres le temps de l'enquête. ©Carla Bucero Lanzi

En plus de Noah, identifié par sa famille, une mère et son enfant ont également péri dans l'incendie. Quelques heures avant, "Noah était en train de fêter l’obtention de son CAP avec des amis", explique sa tante mahoraise, Touhouria Audebert-Zarkachy, jointe par téléphone. "Il était heureux d’avoir obtenu son diplôme".

Deux hommes, âgés de 20 et 22 ans, ont pu être secourus et leurs jours ne sont pas en danger, avait indiqué plus tôt le parquet de Niort.

Une communauté sous le choc

Le jeune homme de 22 ans est le frère de Noah. C’est lui qui a alerté sa famille du drame auquel il assistait impuissant. "Mon fils m'a dit, "On était chez des amis, on a dormi là-bas et j’ai réussi à m’enfuir. Je croyais que mon frère me suivait"", témoigne Dailimi Zarkachy, leur père. Je sortais du travail, il était six heures du matin. J’habite dans l’Allier, j’ai pris ma voiture et je suis arrivé à Bressuire. Il était impossible d’accéder sur les lieux de l’accident. Je n’y croyais pas."

Une partie de sa famille vit à Périgueux, en Dordogne, où le jeune homme a grandi lors de son arrivée dans l’Hexagone à l’âge de quatre ans, avant de déménager avec sa mère à Bressuire. Son oncle par alliance, Florent Audibert, présent ce week-end sur les lieux du drame, décrit Noah comme "un garçon jovial, calme, très famille. Il était présent à notre mariage le week-end dernier. Toute la famille est sous le choc. Il avait appris le français en arrivant. Il avait beaucoup d’amis, la tête sur les épaules… On était vraiment très fiers de lui."

Incendie Bressuire
L'incendie s'est déclaré dans la nuit vers 5 heures du matin dans le centre de la ville. Deux personnes ont pu s'échapper via un velux, dont le frère du jeune mahorais décédé. ©Carla Bucero Lanzi

La maire de la ville, Emmanuelle Ménard, est aussi sous le choc. "Lorsque l’on m’a appelée dans la nuit de jeudi à vendredi, j’étais à mille lieues de m’imaginer ce qui se déroulait. C’est terrible. Des familles sont détruites, la communauté est touchée et la ville de Bressuire a beaucoup de chagrin pour les familles. L’enquête va être longue et difficile, car tout a brûlé." L'équipe éducative du lycée où était scolarisé Noha est sous le choc. Une cellule psychologique a été mise en place à côté des lieux de l'incendie. Une marche blanche aura lieu samedi 16 juillet à 18 heures.

L'insalubrité de l’immeuble mise en cause

"L’urgence actuelle est d’identifier les corps grâce à des tests ADN pour avoir les noms officiellement des victimes, explique Me Saïd Larifou, l'avocat des familles. On ne sait pas combien de personnes étaient présentes sur les lieux. Pour le moment, on recense cinq victimes."

Alors qu’une enquête est en cours, il évoque "plusieurs pistes possibles" parmi les causes de l'incendie, dont "l’insalubrité" de l'immeuble. "Ce que le propriétaire conteste, alors qu’il y a plusieurs témoignages accablants sur l’état de l’immeuble, notamment suite à des signalements d’anciens locataires dès 2017. La piste criminelle n'est toujours pas exclue ce soir." D'après l'AFP, le propriétaire des lieux a été entendu par les enquêteurs.

Retrouvez notre reportage ici ⤵

Deux-Sèvres : selon sa famille, Noha, jeune mahorais de 17 ans, figure parmi les victimes de l’incendie de Bressuire

Une cagnotte en ligne a été ouverte par la famille pour aider au futur rapatriement du corps.