DOCU. Jacques Lafleur, Jean-Marie Tjibaou, destins réconciliés

histoire
Dimanche 26 juin, la statue de Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou doit être inaugurée à Nouméa, sur la célèbre place des Cocotiers. Leur poignée de main, désormais coulée dans le bronze, les lie à jamais. Elle est devenue un symbole au-delà de la Nouvelle-Calédonie. Autrefois adversaires, ils sont devenus les partenaires d’un accord de paix.

Pourtant, les deux hommes semblaient destinés à ne pas s’entendre. Leurs parcours étaient radicalement différents : le Caldoche et le Kanak, le protestant et le catholique, l’héritier et le dépossédé, l’entrepreneur et l’intellectuel, l’homme attaché à la France et l’indépendantiste.

Ce documentaire retrace, à travers de nombreux témoignages, le chemin qui va les mener à la réconciliation. En 1984 commencent les "événements" de Nouvelle-Calédonie, une guerre civile qui ne dit pas son nom. Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou incarnent alors l’opposition entre deux camps. Aucun rapprochement ne semble possible. La tragédie d’Ouvéa, qui fait 21 morts, est un choc. Ils comprennent que le dialogue est la seule voie possible et signent à Paris les accords de Matignon, le 26 juin 1988. Les deux hommes vont avoir du mal à faire accepter leur poignée de main en Nouvelle-Calédonie. Jean-Marie Tjibaou la paiera de sa vie : il est assassiné en 1989 à Ouvéa par un militant indépendantiste opposé aux accords.

Jean-Marie Tjibaou et Jacques Lafleur sont devenus des icônes. Aujourd’hui, la Nouvelle-Calédonie, après trois référendums, s’interroge sur son avenir et doit élaborer un nouveau statut. Leur poignée de main est devenue, pour de nombreux Calédoniens, un point de départ qui peut leur permettre de construire l’avenir.

Un documentaire de Nathalie Nouzières et Mourad Bouretima
Production Pôle Outre-mer / France Télévisions
Durée : 52 min - 2018