publicité

Egalité réelle : le réquisitoire de Didier Robert, président de la région Réunion, au Sénat

La loi Egalité réelle Outre-mer est en examen au Sénat cette semaine. Ce projet porté par la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts a été vivement critiqué ce mardi par le sénateur et président de la région Réunion, Didier Robert, qui s'est livré à un réquisitoire en règle.  

Didier Robert à la tribune du Sénat © DR
© DR Didier Robert à la tribune du Sénat
  • Par Cécile Baquey
  • Publié le , mis à jour le
"Je ne serai pas complice d’une loi de pure affichage qui sous couvert de définir une stratégie ambitieuse pour les Outre-mer ne pourra avoir aucun autre effet que de les maintenir dans une situation d’inégalité, de précarité bien plus réelle que cette soi-disant égalité que vous vous obstinez à défendre", lance Didier Robert à la tribune du Sénat.

 

"Loi fourre-tout, bricolée à la hâte"

Le président de la région Réunion critique à la fois la méthode, le contenu, l’agenda... bref tout. Ce projet arrive dans "un quinquennat à bout de souffle", dit-il. Il conteste également une "procédure accélérée sur un texte qui aurait nécessité un débat en profondeur".  Il s’agit dit-il d’une "loi fourre-tout, bricolée à la hâte". "La plupart de ces dispositions n’ont fait l'objet d'aucune étude d'impact". "Résultat : une OVNI législative qui ne convainc personne à part vous-même", lance-t-il à Ericka Bareigts.  
 
Ericka Bareigts au Sénat © DR
© DR Ericka Bareigts au Sénat

Continuité territoriale

Dans son réquisitoire, Didier Robert insiste sur la continuité territoriale, son cheval de bataille. "C’est votre gouvernement qui a diminué les crédits de la continuité territoriale de 25% au cours du quinquennat pénalisant des milliers d’ultramarins, participant à supprimer des programmes entiers de formations".
 

Et la Corse ?

Et Didier Robert enfonce le clou : "comment ne pas s’interroger quand nos amis corses avec 320 000 habitants disposent de 186 millions d’ euros pour la continuité territoriale contre 40 millions d’euros pour les 2 millions et demi d’Ultramarins ?". "A La Réunion, vous le savez madame la ministre, c’est désormais le conseil régional qui supporte le financement de la continuité territoriale et qui continuera à la faire aussi longtemps que possible".
 
"Bien loin de cette loi "caddie" dans laquelle on a voulu faire entrer tout et n’importe quoi, je fais le vœu d’une véritable loi de programmation concrète. Ce ne sera pas pour cette fois", conclut le sénateur réunionnais. 

"Les Outre-mer ne quémandent rien. Ils n’exigent que l’égalité"

En début de séance, Ericka Bareigts a rappelé plusieurs mesures concrètes contenues dans son projet de loi. "Dès avril 2017, les plafonds de ressources du complément familial seront augmentés : 2 400 familles modestes supplémentaires pourront ainsi bénéficier du complément familial. L’alignement progressif de l’Assurance Vieillesse pour les Parents au Foyer (AVPF) va garantir, pour la première fois, à 5 000 personnes supplémentaires une continuité dans leurs droits à la retraite"
 

 Mayotte, une priorité

"Enfin, un effort accru a été entrepris concernant Mayotte, département le plus pauvre de France", ajoute la ministre. "Le dispositif cadre d’avenir à Mayotte permettra la formation de cadres dans l’Hexagone ou à La Réunion à condition de revenir par la suite au sein de leur département d’origine. Cette mesure, inspirée par le dispositif porté par Michel Rocard en Nouvelle-Calédonie, permettra d’élever le niveau de compétences local".

"Ce Projet de Loi appellera sans doute d’autres mesures dans les mois ou les années qui viennent : le combat pour l’égalité ne s’achève pas là", a conclu la ministre. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play