En 2020, les saisies de cocaïne entre la Guyane et Paris ont diminué de près de la moitié

trafic de drogue
Mules drogue Guyane
©FRANCIS ROCHE / DOUANE FRANCAISE / AFP

C'est le bilan des Douanes pour 2020 qui révèle ce chiffre : l'an dernier, les saisies de cocaïne entre la Guyane et l'Hexagone ont diminué de près de la moitié. La raison : la crise sanitaire qui a entraîné la diminution du trafic aérien.

C'est l'une des conséquences inattendues de la crise sanitaire liée au Covis-19 : en 2020, les saisies de drogue entre la Guyane et Paris ont diminué de près de la moitié. C'est ce que révèle le rapport 2020 de la douane française. En 2019, les douaniers de l'aéroport de Cayenne et ceux de l'aéroport d'Orly avaient au total saisi près de deux tonnes de cocaïne. Mais en 2020, les saisies n'ont permis d'intercepter que 1142 kilos de cocaïne. Pourtant, explique la douane, "Dans la continuité du plan anti-mules pour la cocaïne en provenance de Guyane mis en place en 2019, les constatations se sont poursuivies tout au long de l’année 2020."

Cette baisse des quantités saisies a une explication : la crise sanitaire liée au Covid-19, puisque pendant une partie de l'année 2020, les aéroports sont restés fermés, et les déplacement étaient soumis au régime des motifs impérieux. 

Davantage de saisies en Guyane

Dans le détail, les quantités de cocaïne saisies ont été majoritairement opérées au départ des vols, en Guyane. En 2020, à l'aéroport Felix Eboué, 157 mules ont été interpellées pour un total de 581 kilos de cocaïne saisis. A l'arrivée des avions, à Orly, 197 mules ont été interceptées, pour un total de 563 kilos saisis.

8% de la cocaïne

Mais cette diminution des saisies en 2020 entre la Guyane et Paris ne signifie pas que le trafic de cocaïne diminue en France. Au total, les douanes ont interceptés 9 tonnes de cocaïne en France en 2020, soit une hausse de 3% par rapport à 2019. Les saisies opérées à l'aéroport Felix Eboué et à Orly ont donc représenté 8% du total des saisies de cocaïne en 2020.  "La cocaine arrive majoritairement par la voie maritime (60 % environ)", expliquent les douanes. 

 

Retrouvez en cliquant ici notre grand dossier consacré au trafic et à l’usage de drogue dans les Outre-mer.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live