Entre abstention et opposition, les élus ultramarins rejettent l'entrée en vigueur du pass vaccinal

assemblée nationale
Vote sur l'entrée en vigueur du pass vaccinal. Assemblée nationale, dimanche 16 janvier 2022.
Assemblée nationale, dimanche 16 janvier 2022. ©THOMAS COEX / AFP
Après plusieurs semaines de débats au sein de l'hémicycle, les parlementaires ont adopté ce dimanche le texte de loi qui permet l’entrée en vigueur du pass vaccinal partout en France. Un vote auquel n’ont pas pris part la majorité des députés ultra-marins. Les autres ont voté contre.

215 voix pour, 58 voix contre et sept abstentions. Dimanche 16 janvier, les parlementaires présents dans l'hémicycle de l’Assemblée nationale ont voté en troisième lecture l’entrée en vigueur du pass vaccinal partout en France. Un vote qui met un terme à plusieurs semaines de débats à l’Assemblée Nationale et au Sénat. 

Une forte opposition au pass vaccinal

Jean-Philippe Nilor (GDR) et Josette Manin (socialistes et apparentés), députés de la Martinique, ont voté contre le texte de loi instaurant le pass vaccinal partout en France. Même son de cloche pour les députés réunionnais Jean-Hugues Ratenon (LFI), Karine Lebon (GDR) et Philippe Naillet (socialistes et apparentés). Ils ont tous les trois voté contre. A l’instar de la députée polynésienne, Nicola Sanquer (UDI).

Ce vote a eu lieu au terme de plusieurs semaines de tensions au sein même du parlement et dans les rues. Le député de Saint-Pierre et Miquelon Stéphane Claireaux a été pris à parti devant son domicile par des manifestants opposés au pass sanitaire sur l’archipel.

Les autres élus ultramarins à l'instar de Max Mathiasin (MODEM/Guadeloupe), Lénaïck Adam (LREM/Guyane), Nadia Ramassamy (LR/La Réunion) ou encore Ramlati Ali (LREM/Mayotte) n’étaient pas présents dans l'hémicycle au moment du vote et n’ont pas pu prendre part au scrutin.

Le texte “ne tient pas compte” des spécificités des Outre-mer 

Fortement décrié, “ce texte tel qu’il a été voté ne tient pas compte du fait qu’en Guadeloupe nous avons un taux de vaccination inférieur à 50%”, dénonce de son côté Olivier Serva, député (LREM) de la Guadeloupe et président de la délégation des Outre-mer à l’Assemblée nationale. À l'instar de certains de ses homologues ultramarins, le parlementaire guadeloupéen a également voté contre l’entrée en vigueur du texte de loi.

Des spécificités claires dans la loi auraient dû être mentionnées pour notre territoire”, a déploré le député quelques minutes après le vote, survenu dimanche 16 janvier.