Eramet, les producteurs de nickel calédoniens et la victoire de Donald Trump

nickel province sud
nickel
Alliage de fer et de nickel SLN25 - Eramet pour la production de l'acier inoxydable. ©Alain Jeannin
Les investisseurs plébiscitent le secteur des matières premières. Les achats sont massifs. Le nickel progresse de 4 % en 48 heures. Un effet Donald Trump ? Le métal vise désormais 12.000 dollars la tonne. Il est en hausse de 33 % sur un an.   
Les valeurs minières et sidérurgiques ont bondi mercredi et jeudi après l'élection de Donald Trump à la Maison-Blanche. Le futur président américain s'est engagé à redynamiser l'industrie manufacturière aux Etats-Unis, à relocaliser les emplois et à moderniser les infrastructures du pays. Le marché des métaux de Londres (LME) anticipe une forte demande en 2017 aux Etats-Unis, si les promesses et les engagements sont tenus...
 

Les sociétés minières attirent les investisseurs

Le géant anglo-suisse des matières premières Glencore, mais aussi le Brésilien Vale et le groupe français Eramet animent la séance boursière en forte hausse. Eramet progresse de 13 % en milieu de journée. ArcelorMittal numéro un mondial de la sidérurgie, et gros consommateur de nickel calédonien a bondi de 10,5 %. À Londres, l'indice FTSE 350 du secteur minier s'est adjugé 6,7 %.
 
"Le marché londonien des métaux est en forte hausse. Le secteur minier est le premier bénéficiaire de l'élection de Donald Trump, notamment le segment des métaux et du nickel. Les investissements envisagés dans la rénovation des infrastructures aux Etats-Unis sont énormes", souligne Robin Bahr, directeur des analyses chez Société Générale à Londres.
 

De l'acier et du nickel pour les USA 

À plus long terme, les investisseurs s'attendent à ce que l'intention de Donald Trump d'augmenter les dépenses consacrées aux infrastructures, aux hôpitaux, aux ponts, aux autoroutes et aux chemins de fer ait pour effet d'accroître la demande pour les matières premières telles que le nickel, le cuivre et l'aluminium.

Le nouveau président républicain a accordé à la relance de l'industrie aux Etats-Unis une place de choix dans son programme. Encore faut-il qu'il tienne parole. Dans l'attente, les investisseurs ont réagi favorablement. Les valeurs minières sont aussi soutenues par la perspective d'un affaiblissement du billet vert, qui rendrait moins onéreux l'achat des matières premières, notamment le nickel, libellées en dollars à la bourse des métaux de Londres (LME). « Ce serait effectivement une bonne nouvelle pour l’industrie minière » ajoute Robin Bahr.

"Achat " la tendance pour le nickel

Jeudi à Paris, les « trois sœurs du nickel » en Nouvelle-Calédonie étaient toujours en hausse : Eramet (+13 %), Glencore (+7 %) et Vale (+3 %) ; dans le sillage du nickel au LME (11.552-11.887 dollars). Les indices de référence du métal sont au vert. Le Dow Jones Commodity nickel gagne 1,80 %.