Les Etats-Unis et la Chine vont peser sur les matières premières des Outre-mer

nickel tahiti
trump et xi jinping
Les présidents américain Donald Trump et chinois Xi Jinping. ©JIM WATSON/FABRICE COFFRINI/AFP
Nickel & Co. Le cercle des économistes de Cyclope prévoit un retour à la stabilité des prix des matières premières dans un environnement mondial changeant. Les choix opérés par le nouveau président américain et son homologue chinois seront déterminants pour les économies ultramarines.
Le nickel calédonien, l’or guyanais, le sucre antillais et réunionnais, l’huile de copra polynésienne ont profité d’un regain sur la demande et les prix fin 2016. L’huile de copra, qui sert à la production du monoï de tahiti, mais aussi le sucre produit par quatre usines aux Antilles françaises et à La Réunion, ont enregistré la plus forte progression de toutes les matières premières (+ 35%). Le cercle Cyclope anticipe un retour à la stabilité, mais pas de forte rechute en 2017.

Philosophie économique

Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel, les matières premières non plus. Trump et Xi Jinping orienteront les prix sur les marchés, estime le coordinateur du cercle Cyclope. Philippe Chalmin et les contributeurs du rapport sur les marchés mondiaux se sont livrés en fin de semaine au jeu des prévisions. Pas de grosse variation prévue cette année : une augmentation très modérée des prix moyens du nickel (+ 4%) et du café (+ 6%). Une légère baisse de l’or (- 8%) qui annulerait la progression de 2016, et du sucre (-1%). Stabilité ou léger recul envisagé pour le copra polynésien après la flambée de 2016. 

Made in USA

Il faudra compter avec les choix présidentiels aux Etats-Unis et en Chine. L’élection de Donald Trump a dopé les prix des métaux et du nickel calédonien fin 2016, avec ses promesses d’investissements massifs dans la rénovation des infrastructures nord-américaines pour lesquelles il faudra énormément d’acier, et donc de nickel et de manganèse. « Si Trump réussit ce pari, les ouvriers américains et les métallurgistes du monde entier pourront le remercier » précise Philippe Chalmin. Dans une note publiée cette semaine et reprise par le Metal Bulletin de Londres et le quotidien Les Echos, la banque Barclays estime qu'à chaque 100 milliards de dollars supplémentaires dépensés dans le secteur de la construction aux Etats-Unis, les besoins en cuivre augmentent potentiellement de 73.000 tonnes, de 4,7 millions de tonnes pour l'acier et de 7,5 millions de tonnes pour le fer. Le nickel ayant une utilisation importante dans les aciers de série 300 et une évolution de prix au LME dans le sillage du cuivre, les besoins en nickel augmenteraient de 50 000 tonnes par tranche de 100 milliards.

La mondialisation est belle camarade

À l’automne 2017, se tiendra le congrès du Parti communiste chinois. Pour Xi Jinping qui prépare sa reconduction et un second mandat, il est nécessaire d'apporter un soutien sans faille à la croissance chinoise. La consommation de la population sera encouragée ce qui va soutenir la production d’acier inoxydable et à travers elle, la demande de métaux et tout particulièrement de minerai et de ferronickel.

Le nouveau président américain peut-il prendre le risque d’une guerre commerciale avec la Chine en rétablissant des taxes de 35% sur les importations d’acier inoxydable au nickel ? L’avenir le dira. « Sur le marché des matières premières de Londres, l’heure est aux prises de bénéfices en attendant le relais de fondamentaux quelque peu hypothétiques. Les incertitudes sur la reprise des exportations indonésiennes alors que les Philippines ferment le robinet du nickel sèment le doute. Seule la production de Nouvelle-Calédonie paraît solide et stable. Une bonne nouvelle ? Le formidable développement des batteries électriques au lithium et nickel - et notamment celles qui équiperont les voitures électriques et notamment les Tesla* vont demander énormément de métal et de nickel ». Ainsi parle Philippe Chalmin devant les experts de Cyclope.


Il baisse, mais le nickel reste zen

Le marché des métaux de Londres enregistre cette semaine une baisse remarquée sur fond d’émotions, de spéculations et d’incertitudes. Le nickel est le plus touché avec une perte sur cinq jours de près de 6%. Il est vrai que les investisseurs chinois sont en vacances, et que traditionnellement les fêtes du Nouvel an lunaire en Chine (qui commencent le 27 janvier) ralentissent la demande pour le nickel et le cuivre. « Pas de quoi paniquer, nous vivons dans un monde d’anomalies extraordinaires » a conclu Philippe Chalmin devant les experts de Cyclope.

*Les batteries de la Tesla 3 sont fabriquées dans l’usine du japonais Sumitomo qui utilise du nickel produit par l’usine calédonienne Vale du grand-Sud (VNC Goro, ndlr