Explosion des prix du conteneur : inquiétude dans les Outre-mer

consommation
Conteneur - contener - marchandises - GMA - CMA-CGM
©Ronhy Malety
L’économie repart et repart même trop bien. La demande dépasse l’offre en matière de fret maritime. Résultat, le prix du conteneur a énormément augmenté en un an, faisant craindre une hausse des prix sur de nombreux produits, en Outre-mer, et dans l’Hexagone.

Depuis début septembre, l’État surveille l’augmentation des prix à La Réunion dû à l’explosion des coûts du conteneur et se propose de les bloquer si besoin. E. Leclerc a depuis fin août, bloqué le prix global des produits du bouclier qualité-prix (produits de consommation courantes vendus à un prix modéré) sur l’île. Selon la chambre de Métiers et de l’artisanat (CMA) de La Réunion, le coût du fret maritime en provenance d’Asie a été multiplié par 3 voire 4.

Cette flambée des prix ne concerne pas que La Réunion, mais bien le monde entier, en témoigne le Freightos Baltic Index qui recense le prix moyen des conteneurs sur 12 grandes lignes de fret maritime. En effet, le prix du conteneur de 40 pieds (12 m) est passé de 1 358 $ le 6 mars 2020, soit juste avant la crise, à 9 949 $, au 8 octobre 2021, monde après un pic à 11 109 $ dans le monde le 10 septembre 2021.

Une boîte en métal qui n’a jamais coûté aussi cher

Sur LCI le lundi 11 octobre, Michel-Edouard Leclerc, inquiet de cette hausse importante des prix, a demandé une mission d’enquête parlementaire sur la hausse des coûts du transport maritime. "Je veux savoir sur quoi reposent ces augmentations qui atteignent 85%".

On nous propose des tarifs délirants. Un conteneur qui coûtait 3 000 euros est passé à 17 000 euros. Outre l’effet de rupture, il y a un effet inflationniste énorme qui est incompréhensible.

Michel-Edouard Leclerc


Des questions qui se posent alors que le leader français du fret maritime, la CMA CGM a multiplié son bénéfice net par 25 sur un an, à 3,48 milliards de dollars.

Le prix que le président du Comité Stratégique des centres E. Leclerc avance correspond au prix du conteneur entre la Chine et la côte Ouest américaine. "Heureusement" pour la France (Outre-mer inclus), le coût reste moins élevé même si la hausse a aussi été spectaculaire. Ainsi, pour le transport de la Chine vers l’Europe, le prix du conteneur est passé de 2 146 $ le 16 octobre 2020 (pas de dates antérieures) à 14 493 $ le 8 octobre 2021 après un pic à 14 703 $ le 1er octobre.

De l'Europe à destination de l’Amérique du Sud, le prix du conteneur est passé de 819 $ le 16 octobre 2020 (pas de dates antérieures) à 3 590$ le 8 octobre après un pic à 3 688$ le 3 septembre.

Enfin, de l'Europe à destination de l’Amérique du Nord, cela est plus cher, puisque le prix du conteneur est passé de 1 852 $ le 16 octobre 2020 à 7 117 $ le 8 octobre 2021. Une grosse augmentation pour Saint-Pierre-et-Miquelon.

Une demande bien supérieure à l’offre

Alors qu’une partie du monde était en voie de déconfinement et de reprise économique, un porte-conteneur a bloqué le canal de Suez pendant cinq jours, perturbant fortement le trafic maritime mondial. Seulement, au même moment, en Chine, le port de Yantian était fermé pour raisons sanitaires pendant deux semaines, créant un blocage géant des porte-conteneurs. L’offre n’a pas absorbé la demande et ces blocages ont eu un effet domino.

Pendant que l’économie repartait sur les chapeaux de roue en Occident, la demande a explosé. Toutes les marchandises qui étaient bloquées ont été les premières à être livrées. Mais entre-temps, de nouvelles commandes ont été passées, s’ajoutant à toutes celles pas encore effectuées. A cela, il faut ajouter le boom du e-commerce dont beaucoup d’achats viennent de "l’atelier du monde". L’offre ne peut plus suivre, la demande ne faiblit pas, résultat, les prix grimpent. Combinée à cela, l’augmentation des prix du carburant pour le navire, le conteneur devient beaucoup plus cher. Dans le monde, il y a 24 millions de conteneurs en circulation, mais la Chine, principal exportateur au monde en manque, car beaucoup sont bloqués dans des ports occidentaux.

Bien évidemment, qui dit augmentation du coût de transport, dit augmentation des prix pour le consommateur. Une hausse qui peut se voir à La Réunion ou le prix du riz a déjà augmenté de 3,5 %. Mais qui se voit aussi en Polynésie française sur la même denrée. La "bonne nouvelle" pour les consommateurs, c’est que le coût du transport dans le prix final d’un produit est à la marge. En revanche, l’altération importante du fret peut entraîner une rupture d’approvisionnement qui risque d’impacter les fêtes de fin d’année. Certains jouets produits en Asie pourraient ne pas se retrouver dans les rayons des magasins et une hausse des prix pour des jouets est possible. Couplé à la pénurie de semi-conducteurs, le coût du conteneur est un sujet de préoccupation dans les Outre-mer et dans le monde.