publicité

Fiscalité du rhum Outre-mer : le Sénat étale sur 6 ans l'alignement sur la métropole

Le Sénat a adopté mercredi un amendement du gouvernement au projet de budget de la Sécu étalant sur 6 ans, au lieu de quatre comme voté à l'Assemblée nationale, l'alignement de la fiscalité des spiritueux, en particulier du rhum, sur la métropole.
 

Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, au Sénat. © GARO / Phanie
© GARO / Phanie Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, au Sénat.
  • La 1ère (avec AFP)
  • Publié le , mis à jour le
Ce délai est un compromis entre la position initiale du gouvernement qui envisageait initialement une période plus longue, de dix ans, alors que les députés l'avaient raccourcie à quatre années.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a assuré que tous les produits générés par cette taxation iraient à l'outre-mer, "pour la prévention". "Je ne souhaite pas stigmatiser la population", a-t-elle souligné. "Mais je ne peux pas accepter l'idée que nous fassions moins bien pour nos concitoyens des départements d'outre-mer" que pour ceux de métropole "en termes de prévention".
 

Attaque

Elle a également indiqué que les produits attendus au terme des 6 ans représentaient 30 millions d'euros. Cette disposition "ne vise que la consommation locale", "80% de la production de rhum partant à l'exportation", a-t-elle souligné à l'adresse des sénateurs ultramarins, inquiets des répercussions sur l'économie locale.

La sénatrice PS de la Martinique Catherine Conconne a été la plus offensive contre cet alignement, même étalé dans le temps. "La France a protégé sa production viticole, son vin", a-t-elle lancé. "La France c'est le vin, nous dans nos pays c'est le rhum, et nous tenons à ce patrimoine". Elle a également dénoncé les "caricatures" de "toutes les dérives comportementales liées à l'alcoolisation", visant les territoires d'outre-mer.
 

Et contre-attaque 

Apparenté socialiste, Bernard Jomier a contre-attaqué sur le terrain des "ravages de l'alcool". "Les consommations d'alcool fort sont deux fois plus élevées dans les départements d'outre-mer qu'en métropole" et "le syndrome d'alcoolisation foetale est 5 fois plus élevé à La Réunion qu'en métropole", a-t-il affirmé. 

Pour le CRCE (à majorité communiste), Laurence Cohen a estimé que la proposition de la ministre "semble entendre tous les arguments donnés dans l'hémicycle". 

L'amendement du gouvernement vise "à aligner progressivement, à partir de 2020, la cotisation de sécurité sociale aux alcools forts produits et consommés dans les territoires ultra-marins par rapport au tarif en vigueur en métropole". Elle aligne en outre, dès 2020, le mode de calcul de cette cotisation sur celui de la métropole, en l'appliquant à une quantifié d'alcool pur.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play