Football : Bernard Lama se confie sur le choc PSG-Real Madrid

football
Bernard Lama
©JODY AMIET / AFP
Le Paris Saint-Germain peut-il éliminer le Real Madrid de la Ligue des champions après sa défaite 3 buts à 1 au match aller ? L’ancien gardien Bernard Lama y croit. Le Guyanais avait déjà réalisé l’exploit vingt-cinq ans plus tôt avec le club de la capitale, en coupe de l’UEFA.

L'époque est différente. Les joueurs ont changé. Mais comme il y a 25 ans, le Paris Saint-Germain est condamné à l'exploit sur sa pelouse du Parc des Princes.

Le PSG a rendez-vous avec l'histoire

Etre mené par le Real Madrid en Coupe d’Europe, c’est une situation que le PSG connaît bien. Le club parisien l’a déjà expérimenté en 1993 avant de reverser la vapeur en quart de finale retour de la Coupe UEFA, l'équivalent aujourd'hui de la Ligue Europa.  Un tel scénario est-il possible un quart de siècle après ? 

Bernard Lama l’espère. " C'est parti comme il y a 25 ans donc il faut que cela se termine pareil. Cela veut dire qu'il ne faut pas qu'ils se posent de questions. C'est pendant qu'il faut faire les choses. A eux de faire le boulot!" avant de renchérir " En fait, c’est leur histoire qu’ils doivent écrire".

Retour sur un match mythique 25 ans après


Le portier guyanais était dans les buts lors de la qualification du PSG, le 18 mars 1993 . Un match aux multiples rebondissements dont se souvient Bernard Lama dans un entretien à l’AFP.    La veille du match retour, Georges Weah, David Ginola et Antoine Kombouaré se retrouvent dans la chambre de Bernard Lama pour évoquer cette rencontre avec un esprit revanchard. "Certains joueurs s'étaient permis de nous chambrer après le match aller. On avait foi en nos capacités à les éliminer. On savait qu'on était meilleur qu'eux, tout simplement."

Ce quart de finale retour au Parc des Princes tiendra toutes ses promesses. " On était mené 3-1, il fallait au minimum mettre deux buts d'écart, voire plus. Il en a fallu plus, donc on en a mis quatre ! ", dit-il en souriant. " C'est pour ça que le match s'est fini avec ce scénario. Pour nous, il était hors de question de se faire éliminer par cette équipe. "

un but d'anthologie d'Antoine Kombouaré

Dans les ultimes secondes du temps additionnel, le PSG arrache la qualification 4 buts à 1 grâce une tête  d’Antoine Kombouaré. Un moment fort qui a marqué à vie la carrière du défenseur Kanak. " Je suis dans un état second. Je me tape comme un fou sur la tête. C’est le plus grand moment de ma carrière sportive, un truc qui arrive qu’une fois. Je compare ça au but en or de Laurent Blanc en 1998 contre le Paraguay ", confiera Antoine Kombouaré plusieurs années après dans la presse quotidienne. Un exploit qui lui a même valu le surnom de " Casque d’or ".

Clin d’œil de l’histoire, vingt-cinq ans après quasiment jour pour jour, le PSG tentera ce mardi de rééditer l’exploit de ses aînés sur sa pelouse du Parc des Princes face au Real Madrid.