France-Antilles annonce sa fin probable en une

médias
Une France Antilles 30 janvier
France-Antilles, seul quotidien de Martinique, Guadeloupe et Guyane, annonce en une jeudi sa fin probable, alors que la décision du tribunal de commerce de Fort-de-France sur son éventuelle liquidation est attendue dans la journée.
"Chers lecteurs, vous avez peut-être entre vos mains la dernière édition de votre journal France-Antilles, créé en 1965. Le tribunal de commerce de Fort-de-France devrait prononcer ce matin la mise en liquidation de sa société éditrice détenue par AJR Participations" (société de Aude Jacques-Ruettard, petite fille de Robert Hersant, l'actionnaire majoritaire du journal, NDLR), écrit le quotidien en une.
  

Cataclysme social

"Les Antilles et la Guyane seront les premières et donc les seules régions de France à être privées d'un journal quotidien", écrit-il. Il souligne également "le cataclysme social" qui "jette à la rue 235 salariés et leurs familles, de Martinique, Guadeloupe et Guyane". Une photo de l'imprimerie du journal et le titre "Les dernières pages de France-Antilles" complète cette une.

La décision du tribunal mixte de commerce de Fort-de-France est attendue à 09H00 heure locale (14H00 à Paris). Le tribunal avait laissé jusqu'à mercredi soir (heure de Martinique) à l'actionnaire pour fournir "les éléments complémentaires liés au bouclage financier" de son offre de reprise. 
 

Une seule offre de reprise

De source proche du dossier, on indiquait jeudi que AJR Participations n'a pas réussi à boucler son plan de financement. AJR Participations avait fait une offre de reprise, à hauteur de 7 millions d'euros, prévoyant de conserver 125 postes sur les 235 du groupe, avec la parution d'un tri hebdomadaire en Guadeloupe et en Martinique et une version numérique en Guyane. C'était la seule offre de reprise retenue, lors d'une première audience le 14 janvier.
 
Mais l'actionnaire devait impérativement trouver 1,3 million d'euros supplémentaire, l'État ayant accordé une aide de trois millions à ajouter aux trois autres millions d'euros issus d'investisseurs.
 

"Sit-in"

France-Antilles, créé en mars 1964 à l'occasion de la visite officielle du président Charles de Gaulle en Martinique, était en redressement judiciaire depuis le 25 juin 2019. Le groupe, ancienne filiale du groupe Hersant, compte trois éditions distinctes, en Guadeloupe, en Guyane et en Martinique. En Guadeloupe, les représentants du personnel ont appelé à un sit-in devant l'entreprise à l'heure de l'audience.