François Fillon évoque son déplacement à La Réunion pour tenter de relancer sa campagne devant les députés LR

politique
Fillon mosquée
François Fillon, lundi à La Réunion, lors de la visite de la mosquée de Saint-Denis ©Richard BOUHET / AFP
Alors que sa candidature est de plus en plus contestée François Fillon a évoqué sa visite à La Réunion pour affirmer devant les députés LR que dans l'île "La mobilisation des élus de droite était totale". Il assure avoir rencontré peu d'opposants : "Quatre types avec une banderole et une casserole".
Le retour de François Fillon à Paris mardi matin, après une visite de trois jours à La Réunion, n'a pas été de tout repos. A peine descendu de l'avion, le candidat LR a du intervenir devant les députés du groupe Les Républicains, pour tenter de faire taire les voix qui s'élèvent contre sa candidature. La veille au soir, 17 parlementaires LR, qui pour la plupart soutenaient Nicolas Sarkozy lors de la primaire, se sont rassemblés pour constater "L'impossibilité de faire campagne" pour un candidat enlisé dans l'affaire des emplois présumés fictifs de son épouse et de deux de ses enfants.

Eteindre l'incendie

Pour tenter d'éteindre l'incendie naissant, François Fillon a affirmé que sa visite à La Réunion démontrait qu'il y avait une vraie dynamique autour de sa candidature. Voici un extrait du verbatim de son intervention :

Je rentre de La Réunion où j'ai fait trois jours de campagne qui ressemblent très peu à ce qu'on raconte dans la presse nationale. La mobilisation des élus de droite était totale. Je sais que ce n'est pas toujours si facile que ça à La Réunion. Et la mobilisation des militants, des électeurs de droite, étaient très forte. On a fait un meeting à 8.000 personnes.
C'est La Réunion, je connais le fonctionnement de La Réunion.
Et les seuls opposants que j'ai eus, c'est, à chaque carrefour lorsque je visite quelque chose, quatre types de l'extrême gauche avec une banderole et une casserole."






















C'est une journaliste d'Europe 1 qui s'est procuré ce verbatim du discours de François Fillon, via le groupe Whats App des députés LR.


 
 Le candidat investi par Les Républicains a poursuivi en affirmant qu'il n'y a "Pas de solution alternative" à sa candidature. Selon lui, son retrait "Créérait une crise majeure". "Honnêtement, ça serait peut-être plus facile pour moi personnellement et ma famille de ne pas être dans cette compétition aujourd'hui. Cette décision, je l'ai prise, je ne reviendrai pas dessus", a lancé le vainqueur de la primaire de la droite. "Je suis harcelé par la presse nationale. J'ai le harcèlement judiciaire. Je ne voudrais pas avoir en plus le harcèlement parlementaire parce que ça va commencer à devenir difficile", a-t-il encore exhorté les députés LR.


Visite à La Réunion : rappel des faits
Voici quelques éléments pour recontextualiser la déclaration de François Fillon concernant sa visite à La Réunion.

La droite unie : vrai
Il est vrai que la droite réunionnaise semble avoir fait bloc derrière le candidat Fillon. Au cours de sa visite, il a rencontré et reçu le soutien de toutes les figures locales de la droite. De Didier Robert à Michel Fontaine en passant par Nassimah Dindar et Jean-Paul Virapoullé. Seule absence notable, celle de Margie Sudre, ancienne ministre de Jacques Chirac. l'ex députée européenne avait vertement critiqué François Fillon, lui reprochant d'être "Aveugle et sourd à l'indignation des Français". 

8.000 participants au meeting : ?
A la tribune du meeting de Saint-Pierre, Didier Robert a indiqué que 8.000 militants étaient présents pour assister à l'allocution de François Fillon. Mais on sait, à La Réunion comme ailleurs, que ce genre de chiffre est toujours sur-évalué par les organisateurs. L'AFP indique que les participants étaient "plusieurs milliers". Une observatrice présente sur place indique qu'il y avait 1.200 sièges installés et beaucoup de monde autour. 

Quatre manifestants avec une banderole et une casserole : faux
La visite de François Fillon à La Réunion a été perturbée à deux reprises :
- Le premier jour, samedi, environ trente de manifestants équipés de casseroles étaient présents à L'Etang Salé lors de la visite d'une ferme photovoltaïque. De brefs affrontements se sont produits avec les pro-Fillon également présents.
- Lundi à la mi-journée, François Fillon devait déposer une gerbe au Barachois à Saint-Denis sur le mémorial de la France Libre. Mais une cinquantaine de manifestants a contraint le candidat LR à reporter ce rendez-vous pour éviter une confrontation frontale avec les manifestants. 

Au cours de son déplacement à La Réunion, François Fillon a essentiellement rencontré des militants ou sympathisants LR. Contrairement aux habitudes dans ce type de campagnes électorales, il ne s'est pas rendu sur les marchés, à la rencontre des Réunionnais. 


Les Outre-mer en continu
Accéder au live