publicité

Gilets Jaunes: Les deux principales figures de "La France en colère", Priscillia Ludosky et Eric Drouet, se déchirent

Rien ne va plus entre Eric Drouet et Priscillia Ludosky. Les deux gilets jaunes historiques de "La France en colère" règlent leur compte sur les réseaux sociaux. 

Priscillia Ludosky et Eric © JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP Priscillia Ludosky et Eric
  • Par Pierre Lacombe
  • Publié le , mis à jour le
Priscillia Ludosky, 34 ans, à l'origine du mouvement des Gilets jaunes en étant la première à dénoncer notamment la taxe sur le carburant au mois de novembre dernier, règle ses comptes sur sa page Facebook avec une autre figure des Gilets Jaunes, Eric Drouet.

Eric Drouet, chauffeur routier, est devenu un des leader du mouvement. Deux événements ont plus particulièrement participé à le faire connaître auprès du grand public. D'abord, son interpellation à Paris pour participation à une manifestation non déclarée sur les Champs-Elysées et ensuite le 31 décembre, lorsque Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise, louait sa "sage et totale détermination" et faisait part de toute sa "fascination" pour celui qui avait appelé à "entrer à l'Elysée".

Difficile de connaître précisément l'origine de cette tension entre ces deux "porte-voix" du mouvement des "Gilets Jaunes". Mais à lecture des propos de Priscillia Ludosky sur sa page personnelle Facebook on mesure aisément qu'entre les deux, rien ne va plus.

Un communiqué diffusé par "La France en colère" suite à l'annulation d'un rendez-vous avec la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) semble être la source de ce règlement de compte sur les réseaux sociaux: 

Aujourd'hui, je reçois cette capture d'écran qui montre qu'Eric a qualifié ce communiqué de "FAUX". Dans quel but ? Depuis des jours il menace les membres du groupe de travail duquel je fais partie afin que l'on modifie le nom de la page "La France en Colère" sur les conseils de son avocat qui prétend que cela serait plus protecteur pour sa famille et lui.Que le nom (La France en colère) est le sien et que nous avons intérêt à le modifier. 


Extrait page Facebook Priscillia Ludosky:  
Le post Facebook dans son intégralité: 

Les réactions sont nombreuses après cette mise au point de Priscillia Ludosky: 
© FB Priscillia Ludosky
© FB Priscillia Ludosky

Se protéger 

Eric Drouet a répondu dans l'après-midi en publiant une vidéo dans laquelle il explique "avoir été obligé de nier les déclarations faites au nom de la France en colère". "Certaines déclarations sont collées à mon nom [...] comme la manifestation de Bourges. Manifestation non déclarée que je ne peux pas du tout justifier en mon nom car c'est pas moi qui l'ait fait." Eric Drouet affirme avoir fait cette demande de changement de nom pour se protéger. Il attend un jugement le 15 février pour cette affaire. Un autre jugement le concernant est prévu le 5 juin, cette fois pour un "port d'arme prohibé". 

Désormais, ces deux historiques du mouvement des gilets jaunes poursuivent le même combat pour faire entendre la colère des Français, mais force est de constater qu'ils ne le font plus main dans la main. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play