Grève des agents de la délégation de Mayotte à Paris pour de meilleures conditions de travail

société
©la1ere
Le personnel demande le rétablissement de la prime de 30% supprimée "sans explication" en août dernier et l'organisation de visite obligatoire avec la médecine du travail, entre autres. Les employés déplorent le manque de dialogue avec le Conseil départemental. La grève est reconductible.
Les portes de la délégation de Mayotte à Paris sont restées fermées ce lundi matin. À l'appel de la CGT-Mayotte, la dizaine d'employés a cessé le travail pour une durée illimitée. Leur principale revendication : "le paiement immédiat de la prime de dépaysement". Cette majoration de 30 % incluse dans leur contrat a été supprimée en août 2016. 

"Nous avons reçu un mail, mais pas plus d'explications. Cette somme, d'environ 500 euros, est vitale pour notre quotidien dans une ville aussi chère que Paris. Certains d'entre nous ne parviennent plus à payer leur facture de téléphone. D'autres doivent payer des arriérés de loyer", déplore Liza Aboudou, assistante de direction à la délégation. "De plus, il y a d'autres retenues de salaire pour 'trop-perçu'. Mais nous ne savons pas à quoi elles correspondent". À titre d'exemple, le salaire d'une des agents est passé en trois mois de 2300 à 1500 euros, selon les fiches de paie consultée par La1ere.fr.

Mayotte grève
Le personnel de la délégation de Mayotte à Paris en grève reconductible. ©TDB

Autre problème d'envergure, l'absence de visite médicale avec la médecine du travail locale, "ce qui est illégal", selon une des employées, ajoutant que l'adhésion à une mutuelle devrait être "obligatoire". 

Des locaux inadaptés et un manque de considération

Situé dans le Xe arrondissement de la capitale, l'établissement a pour vocation d'être une vitrine de l'Ile aux parfums dans l'Hexagone. Les agents le trouvent "inadapté aux missions de la délégation", notamment par manque de place. "Nous sommes quatre entassées dans un petit bureau, les lumières ne fonctionnent pas toutes, il n'y a pas de fenêtres", regrette Mariata Nguelle, médiateur sociale académique. 

Les employés mahorais dénoncent également le manque d'investissement et de "considération" de la part du Conseil départemental de Mayotte. "Nous ne nous sentons pas soutenus. Ici, nous montons de nombreux projets, mais faute de moyens, nous ne pouvons pas les réaliser. Cela a été le cas à la Foire de Paris, au Salon de la gastronomie des Outre-mer… C'est dommage car la destination Mayotte attire et a beaucoup de potentiel", juge Djaouharia Mohamed, déléguée adjointe.

La grève des agents de la délégation de Mayotte est reconductible. Ils l'annoncent : "elle se terminera le jour où un dialogue sera entamé". Jusqu'à aujourd'hui, ils n'ont pas encore reçu de réponse du président du Conseil départemental.