outre-mer
territoire

La Guadeloupe expérimentera la consigne des bouteilles dès 2021

environnement
plénière 28 février 2020 de la Région (PRGD)
©R. Defrance
En verre ou en plastique les bouteilles seront consignées dès 2021 en Guadeloupe où les institutions du territoire ont signé vendredi lors d'une séance du Conseil régional le démarrage des "travaux de préfiguration du lancement de la consigne".
Le reste du territoire français n'y sera astreint qu'en 2023, selon la loi de l'économie circulaire.
 

+80% de recyclage espéré

"Nous avons fait la proposition d'être un territoire d'expérimentation pour la mise en place de la consigne. Le gouvernement l'a accepté. Nous sommes fiers d'être une région pilote, surtout que nous venons de valider notre plan de prévention et de gestion des déchets", a indiqué Ary Chalus, le président de la Région Guadeloupe (LREM).

"Nous avons une petite année devant nous pour travailler avec les acteurs du territoires (élus, services de l'Etat, filière déchet, ndlr) afin de mettre en place la consigne chez nous", détaille à l'AFP, Sylvie Gustave dit Duflo, vice président de la Région, en charge des questions environnementales.  
 

En avance   

Concrètement, la consigne concernera les bouteilles en verre et en plastique (PET). Le consommateur ramènera en points de collecte organisés dans chaque communauté d'agglomération ses bouteilles contre de l'argent. Les éco-organismes agréés seront chargés du traitement des déchets. "Nous visons une consigne mixte, c'est-à-dire, à la fois le recyclage mais aussi le réemploi", souligne Sylvie Gustave Dit Duflo, qui explique que "dans tous les pays où la consigne existe, les taux de recyclages augmentent de 80 %"
    
En Guadeloupe, où l'on produit environ 370 000 tonnes de déchets par ans (pour moins de 400 000 habitants), le démarrage sera en janvier 2021. "Nous avons préféré prendre de l'avance sur la loi, car, ainsi, nous bénéficions d'un accompagnement de l'Etat sur la question de la consigne", indique Sylvie Gustave Dit Duflo. Un accompagnement validé par la secrétaire d'Etat à la transition écologique Brune Poirson, dans un message vidéo aux élus, diffusé avant la signature : "Je serai tout au long de vos travaux en soutien à cette démarche, tout comme l'ensemble de mes services qui sont à votre disposition pour faire de ce projet, très rapidement, une réalité concrète pour tous les Guadeloupéens", a-t-il dit.